Accueil CHIRURGIE BUCCALE Germes et germectomies.

Germes et germectomies.

1395
2

Qu’est ce qu’un germe dentaire, pourquoi et comment est-on amené à en faire la germectomie, c’est-à-dire à l’extraire?

Cela fait un certain temps que je pense que je dois aborder le sujet des germectomies, mais j’en ai tellement fait, pendant 40 ans, que cela me déclenche encore aujourd’hui une certaine angoisse. Mais au moins, on peut être sûr que je connais mon sujet!!!

Qu’est qu’un germe?
Un germe est une ébauche de dent, pas encore tout à fait calcifiée, dont souvent les racines ne sont pas encore formées, et qui en évoluant donnera une dent qui va se placer sur l’arcade dentaire.
Le bébé humain naît avec 52 germes: 20 pour les dents temporaires et 32 pour les dents définitives.
Lorsque l’arcade est trop petite pour recevoir tous les germes sans encombrements et malpositions, on décide de diminuer le nombre de dents au profit de leur positionnement correct. Il est alors préférable de devancer l’évolution de la dent que l’on a décidé de sacrifier pour éviter que les racines ne se calcifient et deviennent difficiles à extraire, et surtout pour gagner du temps dans la chronologie de la mise en place de chaque dent.

Pourquoi faire une germectomie

Une germectomie est donc l’ablation d’un germe dentaire qui n’est pas encore arrivé à maturité.

Comme je l’ai déjà dit (voir ICI), il n’y a plus assez de place sur l’arcade dentaire humaine pour 32 dents. On est donc souvent obligé d’en ramener le total à 28 ou 30; et pour cela on supprime soit des dents de sagesse soit des prémolaires. Les arcades sont parfois tellement petites qu’on est obligé d’extraire 4 prémolaires et les 4 dents de sagesse.
Les orthodontistes voudraient que les chirurgiens retirent les germes de dents de sagesse à 10 ans pour leur faire gagner du temps. En ce qui me concerne j’ai toujours refusé car les germes sont trop loin et ça oblige à faire trop de dégâts osseux pour les extraire. Cela ne veut pas dire que je sois systématiquement contre: il faudrait changer de technique et extraire les germes avant leur calcification par aspiration par exemple ou en les détruisant au laser. Que les jeunes chirurgiens d’aujourd’hui mettent au point une technique de ce genre et j’applaudirai des deux mains. Mais avec les moyens dont je disposais, j’estimais que ce n’était pas raisonnable de faire des germectomies de dents de sagesse avant 12 ans, sans prendre le risque de dégât osseux ou nerveux.

Germectomies de dents des dents sagesse supérieures.
L’anesthésie et l’accès sont les mêmes que pour la dent de sagesse incluse: voir ICI.
Une fois le lambeau soulevé, la technique varie en fonction de l’âge du patient; à 12 ans, il faut fraiser pour arriver au contact du germe, à 14 ans il affleure et on peut souvent retirer la fine couche d’os vestibulaire simplement avec un syndesmotome faucille. La fenêtre osseuse dégagée est vestibulaire et il faudra luxer le germe en bas et en dehors.
Le danger de la germectomie de la dent de sagesse du haut est sa projection dans la fosse ptérygo-maxillaire (voir ICI). En effet, la tubérosité n’étant pas encore bien formée, c’est par l’arrière que le germe va avoir tendance à sortir. Il faut donc le luxer en prenant appui sur le septum mésial pour l’envoyer vers l’arrière tout en lui donnant une impulsion vestibulaire et vers le bas pour qu’il passe par la petite fenêtre ouverte. Un bon truc pour ne pas risquer de fuite en arrière du germe consiste à le luxer avec un syndesmotome faucille, tout en le maintenant à l’arrière avec un syndesmotome coudé sur champ.
Malheureusement le germe de dent de sagesse du haut est rond comme une bille et tourne sur lui même, il faudra donc lui créer à la fraise Zekria une fente dans laquelle le syndesmotome va s’engager et l'empêcher de tourner sur lui même.
Un curetage de précaution de la cavité est souhaitable, et les sutures sont les mêmes que pour les dents incluses.
Pour un praticien qui en a l’habitude c’est une intervention qui peut être faite en 15 min, de l’incision à la suture.

Germes gauche.
Germes droite.

 

 

 

 

 

 

Germectomies des dents de sagesse inférieures.
Comme pour le haut, l’anesthésie, la voie d’accès et le tracé d’incision est le même que pour les dents de sagesse incluses.
La quantité d’os à réséquer sera plus importante à la mandibule qu’au maxillaire, et l’os est plus dense. On pratique, la fraise Zekria un fenêtre osseuse à peu près de la taille de la face occlusale débordant en vestibulaire. Puis on marque une profonde gorge correspondant à une séparation de racines s’il y en avait. On insère la lame d’un syndesmotome et on finit de séparer les deux moitiés. Le syndesmotome faucille servira encore à luxer et expulser les fragments. Le curetage est toujours nécessaire pour retirer le bourgeon charnu et s’assurer qu’il ne reste aucun éclat dans la cavité. Fermeture et suture sont habituelles.

Germectomie de dent de sagesse inférieure. (SOP).

Je le dis et je le répète encore une fois, les suites postopératoires sont meilleures si on fait côté par côté haut en bas à écart d’un mois, pour laisser un côté pour manger. Cela suppose une anesthésie locale.
Les conseils post opératoires sont les mêmes que pour toute extraction (voir ICI) et dans ce contexte les alvéolites sont très rares.

Autres germectomies.

Il est rare que l’on soit obligé de faire des germectomies d’autre dents, car les prémolaires évoluent tôt et elles sont généralement sur l’arcade lorsqu’un traitement d’orthodontie est décidé. On ne sacrifie jamais de molaires, ni de canines, ni d’incisives.

Par contre, on peut être amené à extraire des germes de dents surnuméraires.

Article précédentLa régénération de l’émail.
Article suivantLes couronnes prothétiques.
Dr. Albert Hauteville
Albert HAUTEVILLE Né le 17 Octobre 1935 . Chirurgien Dentiste diplômé de la Faculté de Médecine de Paris (Ecole Odontologique de Paris) en 1960, durant une période courte où les dentistes étaient formés par la faculté de Médecine et avaient la possibilité facultative de suivre en même temps les cours de médecine, ce qu'il a fait. Docteur en Chirurgie Dentaire. Docteur en Sciences Odontologiques. Certificat d'Enseignement Supérieur en parodontologie Diplômé Universitaire en Chirurgie Buccale de Paris V. Diplômé Universitaire en Parodontologie de Paris VII. Ex-Assistant à la Faculté de Chirurgie Dentaire de Paris V. Ex-Assistant en Odontologie des Hôpitaux de Paris. Titulaire du Diplôme d'Etudes et de Recherches en Sciences Odontologiques. Ex Chargé de cours au Diplôme Universitaire d'Implantologie Paris V .Ex-enseignant auprès des écoles d’Assistantes Dentaires et d'Infirmières. Ex-Expert auprès de la Sécurité Sociale. Ex-Chef de Service de Parodontologie à l'Institut Eastman de Paris. Ex-Attaché de Consultation au Service de Stomatologie de l'Hôpital Ste.Anne à Paris. A fait des stages de formation en occlusodontie avec le Pr. JANKELSON et avec et le Pr. RAMFJORD. Co-auteur et responsable de publication du livre publié en 1989 en français et en italien, aux Editions Masson : "Manuel d'Odontologie Chirurgicale"(épuisé). Retraité depuis 2001. Service Militaire 1960-62 en temps qu'officier de réserve du Service de Santé. A exercé à Paris pendant 38 ans, et depuis 1976 exclusivement la stomatologie, à l'exclusion de toute prothèse ou soins dentaires: c'est à dire surtout la Chirurgie Buccale, Pathologie et Thérapeutiques, Parodontologie et Implantologie. A fait 18 ans de psychanalyse personnelle et des formations en hypnose, sophrologie, training autogène, Gestalt-thérapie, bio-energie, sexologie, et dynamique de groupe. Son fils Jean Philippe Hauteville, Prothésiste Conseil, apporte sa collaboration à la réalisation de ce blog, au niveau de tout ce qui concerne la prothèse dentaire. Le Dr. Hauteville, retraité depuis 2001 souhaite mettre ses connaissances et son expérience à la disposition de tous ceux qui le désirent, professionnels ou grand public, et répondre aux questions que voudront poser les lecteurs directement sur le blog. Publier des articles, regroupant les réponses aux interrogations des patients durant 40 ans, et des cours pour les étudiants en odontologie rendus accessibles à tous.

2 COMMENTS

  1. Bonjour,
    je n’ai pas lu l’article en entier. Mais je pense qu’on est actuellement sur des chirurgies qui enlève beaucoup. Ceci peut être des modes et surtout les orthodontistes sont formés dans l’idée de rectitude absolu et entrent dans les extrêmes. Plus d’actes plus d’argent. Nombre d’enfants sont appareillés sans tenir compte du fait que c’est très contraignant, que ça abîme l’émail, qu’il peut y avoir des complications et que surtout les décalages reviennent très fréquemment. Beaucoup d’enfants qui pour finir ne se font pas arracher les dents se sagesse ni appareillé ont en fin de compte une belle dentition et surtout pas la bouche standard qui leur enlève toute personnalité dans le sourire. Mon fils et ma nièce sont de ceux-ci. Je me suis fait appareillée à 50 ans et j’en ai bavé, j’ai les dents qui ne sont plus lisses et la nourriture se colle dessus, c’est inconfortable au niveau mastication et les dents se sont déplacées à nouveau et le résultat est que je regrette fortement de l’avoir fait. Et me félicite que pour finir mon fils et ma nièce n’en ont pas eu. Je recommande de prendre plusieurs avis de dentistes avant d’entreprendre ces soins et ses arrachages de dents.Médecins et dentistes ne prônent plus ces traitements abusifs.
    Pensez à regarder les modes d’opérations comme le dos qui sont maintenant récriées, ou d’enlever les thyroïdes … La médecine cherche à faire des actes et des actes et tant que les dentistes gagneront toujours plus en faisant plus d’actes il y aura des abus. J’ai connu ça aussi dans ma jeunesse, un dentiste qui m’a refait tous les plombages et m’a creusé les dents et qui voulait m’enlever les quatre dents de sagesse. J’ai refusé et il a affirmé qu’elles étaient toutes cariées. J’ai changé de dentiste qui n’a pas constaté de carie.Merci de m’avoir lu.
    Martine

LEAVE A REPLY