Home CHIRURGIE BUCCALE L’implant.

L’implant.

3671
23
SHARE

Article remis à jour le 01/07/2020.

Qu’est-ce qu’un implant?

Depuis une trentaine d’années, il existe des matériaux et des techniques implantaires fiables. Mais cela n’a pas toujours été le cas, et il nous a fallu des décennies d’échecs pour arriver enfin au résultat que nous cherchions. Quand je dis « nous », il s’agit bien de nous, car j’en faisais partie, j’ai eu effet le grand honneur de faire partie de cette génération de pionniers qui ont eu des espoirs et surtout des déceptions avant d’arriver au but. En ce qui me concerne, mon premier diplôme d’implantologie date de 1966, c’était des implants aiguilles en tantale, ça a marché pendant un certain nombre d’années, mais les implants finissaient par s’infecter et on était obligé de les déposer (j’ai entendu dire qu’il en restait quelques uns encore en bouche qui ont miraculeusement survécus). A Paris dès les années 50 une équipe de chercheurs posait déjà toutes sortes d’implants.

Cas d’un patient « historique » porteur de trois types d’implants: au maxillaire supérieur les plus anciens, des implants aiguilles, a la mandibule des implants lames au niveau molaires, et des vis au niveau mandibulaire antérieur. (implantdent.net)

Mais l’implant a toujours été un vieux rêve de l’homme: il parait qu’on a retrouvé des tentatives d’implants sur des momies de l’Egypte Antique.

En réalité, il n’y a jamais eu de rejet des implants au sens immunologique du terme. Il n’y a pas d’anticorps contre les implants. Les implants ne s’intégraient pas dans l’os et une infection s’installait autour, ou bien ne tenaient tout simplement pas mécaniquement dans l’os. Il a fallu comprendre pourquoi. et là, il va falloir vous reporter à mon article ICI.

Nos implants étaient à cheval entre le milieu interne et le milieu externe sans aucune barrière entre les deux, représentant donc un danger pour l’organisme qui pour se défendre, créait une membrane tout autour le la partie osseuse de l’implant, l’isolant ainsi du milieu interne, et lui ôtant toute chance de s’intégrer dans l’os.

Un suédois, le Dr. Bränemark, a trouvé la solution dans les années 70-75 mais n’a rendu  ses résultats publiques que dans les années 80, lorsqu’il a eu la certitude que ça marchait. Il a eu l’idée de poser des implants en deux pièces: une partie interne vissée dans l’os et une partie externe visée dans l’autre. La partie interne est posée en premier, elle est entièrement enfermée sous la gencive, et plusieurs mois après, lorsqu’elle est ostéo-intégrée, on refait une petite ouverture et on visse dessus la partie externe qui recevra la dent de remplacement. L’os à ce moment là est totalement étanche autour de la vis  en titane et il n’y a aucune infiltration microbienne dans le milieu interne.

empreinte en plâtre avec analoogues d’implants
Les différentes pièces à monter.
L »ensemble transvissé en place. (Jean Philippe Hauteville)

 Pour plus de détails reportez vous à l’article « remplacement d’une incisive centrale par un implant » par le Dr. Frédéric Manoukian, voir ICI.

 

SHARE
Previous articleLe bridge.
Next articleLe remplacement d’une incisive centrale par un implant
Albert HAUTEVILLE Né le 17 Octobre 1935 au Caire en Egypte. - 1949/1955 Etudes de la 4ième à la terminale au LYCEE BUFFON PARIS. - Baccalauréat 1ière Série Moderne M’. - Terminale Sciences Expérimentales. - 1955 PCB 4Certificats : Physique, Chimie, Biologie animale et Biologie végétale. - 1960 DIPLOME CHIRURGIEN DENTISTE Faculté de médecine de Paris + cursus libre Externat Médecine 2 ans. - 1960 à 1962 Service militaire : Ecole d’Officiers de Reserve et Exercice professionnel hospitalier (Hôpital Hyacinthe Vincent à Dijon) - 1960 Exercice privé à Dugny - 1964 à 1981 Exercice privé à Tremblay en France - 1966 à 1973 Attaché de consultation Hôpital Ste. Anne à Paris - 1966 à 1976 Formation en Sophrologie - 1967 Diplôme Implants Aiguilles - 1969 Certificat d’Enseignement Supérieur en Parodontologie - 1973 Création d’un Service de Parodontologie à l’Institut Eastman à Paris - 1973 à 1983 Formation en Occlusodontie en particulier avec les professeurs JANKELSON et RAMFJORD - 1974 Doctorat en Chirurgie Dentaire - 1974 Doctorat en Sciences Odontologiques - 1975 Nommé Expert auprès de la Sécurité Sociale - 1976 à 1984 Assistant à la Faculté de Paris V René Descartes Odontologiste Assistant des Hôpitaux de Paris - 1976 Chargé de cours au Diplôme Universitaire d’Implantologie Paris V - 1978 Diplôme Universitaire en Chirurgie Buccale Paris V - 1979 Diplôme d’Etudes et de Recherches en Odontologie, Paris V - 1981 Exercice en Cabinet privé à Paris 17ième - 1983 Publication du livre Manuel de Chirurgie Buccale Ed. Prélat - 1994 Exercice en Cabinet privé à Paris 8ième - 1996 Diplôme Universitaire Parodontologie Paris VII - 2001 Départ à la retraite - 2011 Création du blog Conseil Dentaire Dr. Hauteville 5.000 pages lues par jour avec un maximum à 7.000 Publication du Dictionnaire Lexique Dentaire Illustré Publication de Petit Atlas d’Anatomie Dentaire Publication du Petit Atlas de Dermatologie Buccale - 2019 Auteur du Etude sur la vie du Prophète Moïse intitulée Moïse et Toutankhamon. A fait 18 ans de psychanalyse personnelle et des formations en hypnose, sophrologie, training autogène, Gestalt-thérapie, bio-energie, sexologie, et dynamique de groupe. Son fils Jean Philippe Hauteville, Prothésiste Conseil, apporte sa collaboration à la réalisation de ce blog, au niveau de tout ce qui concerne la prothèse dentaire. Le Dr. Hauteville, retraité depuis 2001 souhaite mettre ses connaissances et son expérience à la disposition de tous ceux qui le désirent, professionnels ou grand public, et répondre aux questions que voudront poser les lecteurs directement sur le blog. Publier des articles, regroupant les réponses aux interrogations des patients durant 40 ans, et des cours pour les étudiants en odontologie rendus accessibles à tous.

23 COMMENTS

  1. Bonjour et merci pour votre blog, très insctructif…
    Je dois remplacer 5 dents prochainement : 44-45-46-47 et 35…
    Que pensez-vous d’un bridge sur implant lorsque plusieurs dents manquantes se suivent comme cela? Est-ce plus risqué sur le long terme qu’un implant par dent manquante…? Merci d’avance

    • Les bridges entièrement sur implants ne posent pas de problèmes (bridges implantoportés). Ceux qui posent problèmes sont les bridges mixtes avec des piliers sur implant et des dents porteuses, car les implants n’ont aucune élasticité dans la liaison avec l’os, alors que les dents ont un ligament souple. Il faut donc un calcul particuliers pour les bridges mixtes.
      En ce qui vous concerne on peut envisager un brige 44 à 47 avec 2 implants forts(s’il y a assez d’os) et un implant pour 35

  2. Merci beaucoup pour votre réponse…. je suppose que le cout d’un bridge implantoporté avec 2 implants est bien moins élévé que le prix de 4 implants…?

  3. Je vous remercie beaucoup de ce site. Ma fille a dû recevoir un implant et je ne savais pas trop comment cela s’est fait. Est-ce qu’il y a certaines personnes qui ne peuvent pas recevoir des implants?

    • Les implants sont contre-indiqués chez les diabétiques mal compensés, chez les porteurs de cardiopathies valvulaires, chez les irradiés, chez les patients qui ont eu un traitement aux biphosphonates, chez les grands fumeurs, et chez les patients qui n’ont pas une hygiène bucco-dentaire suffisante.

  4. Bonjour,
    Je me suis fait poser un implant par un implantologue sur Nantes.
    Il m’a tenu au courant d’un abcès sur cette dernière molaire gauche lorsqu’il a retiré la couronne.
    Il m’a posé un implant spécial (car mon os était apparemment très long, l’implant devait être plus long que le classique, de même il m’a dit que la couronne qu’il allait me poser devait être plus petite donc une couronne spéciale, avec un système de vis).
    Tout s’est bien passé. Il a posé une vis de cicatrisation en attendant la pose définitive de la couronne.
    Quand il a vérifié quelques mois plus tard il a vu que l’os était encore mou.Il m’a dit d’attendre 4/5 mois avant de mettre la couronne.
    La couronne a été posée par sa collègue qui est mon dentiste. Celle ci a du me faire une piqure pour la pose car l’implant semblait bien enfoui dans la gencive.
    Une semaine après j’ai commencé à ressentir une lourdeur sous l’oreille et qui remonte jusque au dessus de l’oreille, un fourmillement permanent comme un étau qui se ressererait à l’intérieur de l’os.
    Je suis retournée voir ma dentiste qui a modifié la couronne pour qu’elle serre moins. Elle m’a aussi prescrit de l’ibuprofene et du zithromax 250. Elle a vérifié l’implant et la couronne, fait des radios, tout était normal pour elle.
    Elle m’a dit de la recontacter mais pas avant 10 jours.
    Je suis à la fin du traitement, rien n’a changé.

    Pour moi cela ne vient pas d’un ajustement de la couronne mais de l’intérieur, une intolérance au titane (?), l’implant trop profond qui appui sur un nerf ???
    J’ai l’impression que l’oreille est bouchée, que les parois de mon oreille se collent.
    J’ai maintenant une rhinite (je suis allergique à la poussière diagnostiquée par mon allergologue).

    Cela m’agace tellement que je serais prête à retirer l’implant.
    J’avais proposé à ma dentiste de retirer la couronne pendant quelques temps pour voir si c’était l’appui de la couronne qui était en cause.
    Quand elle a retiré la couronne j’ai ressenti un soulagement.
    J’aimerais qu’elle me remette dans un premier temps la vis de cicatrisation pour me rendre compte si cela vient de là.
    Si c’est le cas est-il souhaitable de retirer l’implant car je ne peux pas rester avec cette gene continuelle.
    Merci de votre aide.

    • Pour que je puisse vous aider vraiment, il faut m’envoyer des radios récentes sur «conseil-dentaire@orange.fr».Le mieux serait une radio panoramique. Les radiographies numérisées peuvent être copiées sur clef USB et envoyées directement par mail. Les radiographies sur support argentique, et les scanners, doivent être photographiées en les fixant sur une vitre bien éclairée, et en interposant un papier calque derrière: horizontales D ou R à gauche, G ou L à droite et envoyées en format jpg en pièces jointes. Renvoyez vos questions en même temps pour que je sache de quoi il s’agit.

      • Merci de votre réponse.
        Je vais avoir du mal à récupérer cette panoramique car mon implantologue est professeur à la faculté dentaire de Nantes et je pense qu’il ne va pas du tout apprécier que je veuille récupérer cette panoramique pour demander un conseil.
        Ma dentiste, elle, est plus jeune et pour ce problème c’est elle qui m’a reçue il y 5 jours (pourtant l’implantologue était présent au cabinet). Elle me dit que je suis une patiente « très sensible » (mais la gene est très présente).
        Mais je comprends bien que pour un diagnostic vous ayez besoin de cette radio.
        Sur cette radio on voyait un sinus un peu opaque (du coté de l’implant).
        J’aurais simplement aimé que l’on me donne des hypothèses.
        Je vais y retourner dans les prochains jours. J’essaierai de récupérer cette panoramique.

        Merci à vous

  5. Bonjour Docteur,
    Je n’ai pas trouvé sur le site d’article sur le remplacement de molaire (dans mon cas il s’agit de 16, 17, 27, crêtes minces), il semble qu’il y ait alors deux possibilités par molaire :
    1- pose d’un implant unique mais de large diamètre (avec peut-être élargissement de la crête par greffe ou substitution osseuse ?)
    2- ou pose de deux implants de diamètre 3.5 ? Ou autre (implants disques ?) ?
    Laquelle de ces solutions vous semble plus solide et durable et quels sont les paramètres à prendre en considération ?
    Très cordialement.

  6. bonjour ; mon dentiste doit me poser un implant pour la dent 22 ; il me dit qu’il fait cela à son cabinet ; est ce une pratique normale sachant qu’il est diplômé pour ce type d’intervention ; merci.

  7. bonjour est ce que vous pouvez me conseiller car j’ai 6 dents manquantes 24,25,26 et 16,15, 47 est-ce que vous me conseille un bridge sur implant ou des implants

    merci

    • Le bridge sur implants va nécessiter 4 implants et va coûter presque aussi cher. Ce qui est mieux a mon avis c’est 6 implants s’il y a assez d’os pour cela

  8. merci de votre réponse j’ai effectivement une ou des greffes osseuses pour la pose d’implant, est-ce que la dure de vie d’un bridge la même pour un implant

      • duree d’un bridge 10a 15 ( vu sur different site internet ) et implabt 15 ou voir a viele cout financier et enorme pour ma part 11000 euros pour implant .

        le bridge est ce une solution a envisage sur le long terme

        merci

        • la dentisterie n’est pas des mathématiques…je ne peux pas vous donner de chiffre exact: tout dépend des dents support et de la qualité des soins avant pose du bridge

  9. bonjour , n ayant plus de dents a la machoire inferieure et au dire de mon dentiste, je ne peux avoir un appareil dentaire amovible , donc il m a préconisé des implants . lui meme n etant pas implantologue, j ai donc demandé plusieurs devis a des chirurgiens dentistes qui pratiquent l implantologie et je ne sais quel plan de traitement choisir car les 2 docteurs que j ai vu, chacun me propose leur solution … qui se contredisent . soit l un me dit que je peux avoir 6 implants (46,45,42,32,35)+ bridges implantaires ceramo-métallique ou soit au 2 eme avis, je ne peux avoir que 4 implants (44,42,32,34) avec barre de retention + prothèse clipsée et qu il n est pas possible d avoir un bridge implantaire fixe . pourriez vous me guider vers quelle solution qui me conviendrai le mieux techniquement . merci d avance .
    je vous envoie mon panoramique par email

    • Il n’y a pas de contradiction sur ces deux proposition, le premier préconise un bridge fixe sur 6 implants , le deuxième préconise une prothèse mobile clipsée sur 4 implants. Personnellement je trouve la deuxième solution plus sûre que la première car pour mettre un bridge fixe il vaut mieux 8 implants que 6.

LEAVE A REPLY