Accueil INFORMATION DES PATIENTS Les urgences dentaires pendant le confinement.

Les urgences dentaires pendant le confinement.

896
14

Comment contacter un service d’urgences dentaires pendant le confinement. Tous les dentistes ne sont pas joignables téléphoniquement.

Je reçois beaucoup de messages de patients qui n’arrivent pas à joindre leur dentiste pendant la crise du Corona-Virus. Je me suis donc renseigné auprès du Conseil de l’Ordre et ai obtenu un numéro de téléphone national pour vous informer où vous devez vous adresser en cas d’urgence dans votre région.

                                  09 70 50 02 05

Comme toujours je reste fidèle au poste, prêt à tordre le cou à tout virus se présentant à ma porte, pour vous conseiller, si je le peux, sur « dr.h@conseildentaire.com ». Envoyez des photos dès le premier contact, et des radios si vous en avez.

Pensez aux kits d’urgence vendus en pharmacie: je conseille le « DENTAPASS » conçu et commercialisé par un dentiste. Lire: ICI!

Article précédentLe virus: qu’est-ce que c’est?
Article suivantScellements et collages.
Dr. Albert Hauteville
Albert HAUTEVILLE Né le 17 Octobre 1935. Chirurgien Dentiste diplômé de la Faculté de Médecine de Paris (Ecole Odontologique de Paris) en 1960, durant une période courte où les dentistes étaient formés par la faculté de Médecine et avaient la possibilité facultative de suivre en même temps les cours de médecine, ce qu'il a fait. Il est l'auteur de Moïse et Toutankhamon, ouvrage paru à compte d'auteur disponible ici : https://amzn.to/2uzJQXo Docteur en Chirurgie Dentaire. Docteur en Sciences Odontologiques. Certificat d'Enseignement Supérieur en parodontologie Diplômé Universitaire en Chirurgie Buccale de Paris V. Diplômé Universitaire en Parodontologie de Paris VII. Ex-Assistant à la Faculté de Chirurgie Dentaire de Paris V. Ex-Assistant en Odontologie des Hôpitaux de Paris. Titulaire du Diplôme d'Etudes et de Recherches en Sciences Odontologiques. Ex Chargé de cours au Diplôme Universitaire d'Implantologie Paris V Ex-enseignant auprès des écoles d’Assistantes Dentaires et d'Infirmières. Ex-Expert auprès de la Sécurité Sociale. Ex-Chef de Service de Parodontologie à l'Institut Eastman de Paris. Ex-Attaché de Consultation au Service de Stomatologie de l'Hôpital Ste.Anne à Paris. A fait des stages de formation en occlusodontie avec le Pr. JANKELSON et avec et le Pr. RAMFJORD. Co-auteur et responsable de publication du livre publié en 1989 en français et en italien, aux Editions Masson : "Manuel d'Odontologie Chirurgicale"(épuisé). Retraité depuis 2001. Service Militaire 1960-62 en temps qu'officier de réserve du Service de Santé. A exercé à Paris pendant 38 ans, et depuis 1976 exclusivement la stomatologie, à l'exclusion de toute prothèse ou soins dentaires: c'est à dire surtout la Chirurgie Buccale, Pathologie et Thérapeutiques, Parodontologie et Implantologie. A fait 18 ans de psychanalyse personnelle et des formations en hypnose, sophrologie, training autogène, Gestalt-thérapie, bio-energie, sexologie, et dynamique de groupe. Son fils Jean Philippe Hauteville, Prothésiste Conseil, apporte sa collaboration à la réalisation de ce blog, au niveau de tout ce qui concerne la prothèse dentaire. Le Dr. Hauteville, retraité depuis 2001 souhaite mettre ses connaissances et son expérience à la disposition de tous ceux qui le désirent, professionnels ou grand public, et répondre aux questions que voudront poser les lecteurs directement sur le blog. Publier des articles, regroupant les réponses aux interrogations des patients durant 40 ans, et des cours pour les étudiants en odontologie rendus accessibles à tous.

14 COMMENTS

    • Avec votre permission, je mets mon grain de sel avec la vision d’un représentant associatif des usagers dans le système de soins.

      En première intention, le patient est censé appeler son chirurgien-dentiste et non pas le numéro d’appel national d’orientation vers la régulation mis en place par le Conseil de l’Ordre. Les instructions ordinales données aux praticiens ont bien été de demander à ceux-ci soit d’assurer une permanence téléphonique à leur cabinet, soit de laisser sur leur répondeur un moyen de contact : téléphone privé, instructions d’appel au cabinet dans un certain créneau horaire défini et régulier, adresse de messagerie, message sur le répondeur. A charge pour le praticien de s’entretenir en retour avec son patient de ses préoccupations. Lesquelles pourront parfois être réglées à distance avec des conseils (voire une médication) en attendant une prise en charge jugée non urgente. Tout cela n’a pas toujours été fait : ici ou là, le numéro du cabinet ne répond pas, un répondeur annonce que c’est fermé, communique parfois tout de go le numéro national, quand il ne demande pas d’appeler le… 15 ou de se présenter aux urgences odontologistes du service hospitalier public le plus proche (ce que l’un et/ou l’autre il ne faut surtout pas faire ni conseiller dans les circonstances actuelles).

      Ce n’est qu’en cas d’urgence avérée en fonction de ce dont témoigne le patient (et la connaissance du dossier dentaire par le praticien habituel) que ce dernier doit être orienté vers un cabinet de garde. Idéalement, c’est au praticien de rechercher ce lieu de prise en charge car il n’y a aura pas plus compétent que lui pour bien expliquer à un(e) confrère qui va se coller à cette urgence. D’autant que le Dossier Médical Personnel du patient, accessible par tous les professionnels de santé en tout lieu d’exercice (c’est fait pour ça), est très rarement renseigné pour le suivi dentaire (pas seulement d’ailleurs…).

      Le numéro national n’est donc censé être appelé que dans le cas où le patient n’arrive vraiment pas à joindre son cabinet dentaire habituel (ou qu’il n’en a pas).

      Il se dit d’ailleurs que ce numéro est surchargé et difficile à joindre par un patient lambda. Les praticiens ont d’autres numéros pour joindre la régulation mise en place et suivie par leurs confrères et consœurs volontaires auprès du Conseil départemental de l’Ordre.

      Accessoirement, il se dit et il se constate aussi que des cabinets dentaires sont bien restés ouverts. Soit pour prendre les urgences de leurs patients en dehors de toute régulation. Soit en continuant à programmer des rendez-vous et les recevoir comme si de rien n’était.

      Force est en effet de constater que c’est l’instance ordinale qui a donné cet ordre de fermeture, pas les autorités de santé. L’Ordre a sans doute entendu relayer ainsi solennellement et gravement les difficultés des praticiens à se doter des équipements de protection qu’ils étaient pourtant censés avoir déjà en stock autant que de besoin.

      Un cabinet dentaire est, par nature, le pire bouillon de culture qu’on puisse imaginer. La projection de gouttelettes fait partie du quotidien. A ne pas revenir à une approche plus pragmatique, les cabinets dentaires tels qu’on les connait n’ouvriraient plus jamais ! Dans les expériences diverses et variées de confinement dans tel ou tel pays, la fermeture sine die des cabinets dentaires n’est d’ailleurs pas la décision générale. Et, dans certains pays, sans attendre le COVID-19, les mesures barrières ont toujours été bien plus présentes que sous nos contrées. Au Japon, par exemple, il ne viendrait pas à l’idée de laisser un patient entrer dans la salle de soins avec ses chaussures !

      Bref, dans les cabinets dentaires, comme ailleurs, il va sans doute y avoir un avant et un après. La profession dentaire ayant déjà historiquement payé un très lourd tribut à certaines infections, on peut et on doit admettre qu’en première ligne (à relativiser quand même peut-être), elle doive être protégée et se protéger. C’est le genre de sujet pour lequel il vaut mieux essayer d’avoir raison avant.

      Je suis témoin de ce que de nombreux chirurgiens dentistes angoissent sur les conditions dans lesquelles ils vont devoir (pas d’autre choix) reprendre en sortie de confinement. Car il faudra bien… sinon les problèmes économiques vont les décimer plus sûrement que les multiples infections virales ou autres potentiellement présentes dans la bouche de leurs patients.

  1. pendant cette periode de confinement, je suis à la recherche d’un praticien pour lire le scanner et l’irm que j’ai passés début mars car mon rendez-vous a été reculés à deux reprises . mes problèmes dentaires ont commencé il y à 4 ans et je souffre d’inflammation intense autour des dents 14 et 15, qui ont été extraites. d’abord la 14 remplacée par implant qui à du être déposé et la 15 qui à fait l’objet d’un traitement de canal et qui à du être extraite car félée. un comblement osseux avec pose de membrane resorbable à été fait entre la 14 et la 15 en septembre. Le diagnostique d’ostéomyelite posé en octobre n’est confirmé par aucun des deux examens. je souhaiterais être fixée au plus tot et je vous remercie de votre attention. ceci n’est qu’un très bref résumé .

    • Envoyez moi le scanner et la radio panoramique la plus récente, avec une photo du secteur concerné et votre demande sur ‘dr.h@conseildentaire.com »

  2. Bonjour,

    Je voudrais partager mon expérience qui est assez révélatrice de la situation des urgences dentaires en cette période de confinement je pense et qui m’a tantôt agacée tantôt soulagée. Depuis le 1er avril, j’ai une infection sur une dent, en personne raisonnable, j’ai attendu de voir si les douleurs passaient, j’ai fini par téléphoner et réussi (oui, ça tient de la prouesse) à avoir un humain au téléphone. Ensuite, j’ai été littéralement baladée, d’anti-douleurs en anti-douleurs (bien brave, je comprends, et j’applique ce qu’on me dit), jusqu’à avoir enfin un RDV chez un dentiste inconnu à l’autre bout du deptmt car les anti douleurs ne marchent plus : une radio plus tard et auscultation sommaire : infection : antibio, antidouleur et zou ! YES tout allait bien 🙂 3 jours après la fin de l’antibiotique, rebelote, douleur intenable, pas possible de travailler (oui, il y a bcp de gens qui bossent encore !). 48h pour avoir qqn au téléphone (mon dentiste n’a jamais répondu), j’en ai essayé d’autres, le numéro qui change tous les jours et selon les jours on tombe soit sur des personnes qui vous répondent (quitte à vous mettre en attente 20 min mais ça c’est tout à fait compréhensible), soit.. pas du tout ! Des personnes qui répondent et qui me disent « et pourquoi vous m’appelez moi ?? », et bien je ne sais pas, au point ou j’en suis je ne sais plus quoi faire pardi ! (et là on se dit qu’on est encore en état de téléphoner pendant des heures, quid des autres patients..) Je téléphone aux urgences, découragée, on me redonne le 0970… qui me redonne le numéro qui n’aboutit à rien.. Enfin j’arrive à avoir qqn le lendemain, j’ai un RDV dans la journée ! Encore un nouveau dentiste.
    Et là il s’occupe du pb pour de bon et enlève cette fichue dent (après moult efforts d’ailleurs ! je lui tire mon chapeau), très pro, rassurant mais honnête sur les décisions possibles en raison du contexte qui ne sont pas forcément les mêmes qu’en tant normal.

    Conclusion 21 jours pour que le pb soit réglé temporairement, mais réglé.
    Mon dentiste n’a jamais répondu, je me suis fait envoyée baladée par 2 cabinets et de manière peu agréable, j’ai envoyé un mail et on m’a rappelé 4 jours après.. (too late les gars..) j’ai passé des jours à avoir mal et ne pas pouvoir travailler, alors que le 1er cabinet où j’ai été envoyée était vide, j’ai du être la seule patiente de la demi-journée..
    Alors je ne suis pas dentiste, je n’y connais rien, mais ça ressemble à une belle foirade cette organisation (les dentistes ne savaient pas d’où je venais, ni rien, ils avaient l’air aussi perdu que moi ^^), et au final, les patients sont à la merci du bon vouloir des dentistes, et HEUREUSEMENT je peux vous confirmer qu’il y en a qui sont très dévoués, PROS, et impliqués y compris dans le suivi post-op et à ceux-là je dis MERCI (les autres ne valent pas la peine qu’on les mentionne). Parce que les dents ça tourne vite au cauchemar, on est littéralement dépendant de vous et vous le savez bien. Alors merci à ces pro qui font au mieux avec cette tutelle qui semble partie cueillir des fraises ^^
    Et merci pour le Dr Albert Hauteville pour ses articles éclairants, pas infantilisants et passionnants (on se dit qu’on aurait voulu être dentiste, c’est fascinant !) PS, parfois il y aussi des assistant(e)s, il n’y a pas que des femmes 😉

    • Merci d’apprécier mon travail, qui en ce moment me demande plusieurs heures par jour! mais c’est donnant-donnant, mes neurones vous en remercient!!!

  3. Bonjour docteur, je voudrais d’abord vous remercier pour votre excellent blog! Ensuite je vais essayer de faire ca le plus court possible, tout mes molaires et premolaires ont de nombreuse obturations depuis mon adolescence suite a de mauvaise habitudes alimentaire et d’hygiene, je me suis prit en mains il y a 3 ans mais j’ai maintenant 27 ans et le mal est fait. j’ai du refaire 11 obturations en 2017, dont le 4 premieres en composite et les 7 autres en amalgame, ensuite 2 autres en composite debut 2020 parce que j’avais soudain peur de l’amalgame a cause de certaine fracture dentaire non douleureuse ( grosse erreur selon moi).

    Bref depuis mes obturations en 2017 tout mes dents qui ont recu des composites me derangent et aussi les 2 nouveaux fait en fevrier 2020. Ce n’est pas de grosses douleur mais c’est constant, je dois me retenir pour ne pas serrer les dents ou planter mes ongles dans mes gencives pour enlever l’inconfort, je sens la pression monter dans certaine dents quand je penche ma tete et une en particulier est un peu plus sensible au froid.

    J’en parle depuis le debut a mon dentiste mais il me dit seulement de me brosser les dents avec de la pates pour dent sensible et ca ne fonctionne pas ou presque pas. J’aimerais vous envoyer ma plus recente radiopgraphie mais le bureau de mon dentiste en ferme jusqu’au 4 mai. Je voudrais comme dernier recourt faire enlever mes composites et les remplacer en amalgame et si ca ne fonctionne pas me faire arracher les dents mais j’ose esperer qu’il n’est pas trop tard compte tenue que les douleurs ne sont pas forte.

    A noter qu’il n’y avait pas d’inconfort avant de faire les obturations c’est apparru apres et ca ne s’est jamais ameliore ou empire.

    Desole pour les accents.

    desole pour les accents.

    • Ne refaites plus d’amalgames il y a une suspicion de toxicité, non prouvée, mais par principe de précautions… Faites vous faire des inlays en composite cuits (ce qui évapore le monomère irritant pour la pulpe)ou en céramique, ou en or. Si les dents sont trop atteinte ils faut les dévitaliser et les couronner. Ne vous les faites surtout pas extraire, il faudrait les remplacer et cela vous coûterait encore plus cher.
      Lire : https://conseildentaire.com/pourquoi-faut-il-remplacer-les-dents-manquantes/

  4. Merci de la reponse rapide, dans un monde ideal ou je serais riche ou si j’avais des assurances dentaire je me ferais devitaliser/couronner la/les dents trop atteintent mais j’ai une certaine lueure d’espoir que mes pulpites soit reversible surtout pour plombage en composite fait en fevrier 2020, ceux fait en 2017 il est possiblement trop tard mais je voulais les remplacer par des amalgames comme avant-dernier recourt voir si elles peuvent recuperer. Je crois qu’une seul devitalisation/couronne coute plus chere que deux partiels…

    Je ne voudrais pas mettre une somme colossal sur des dents dont l’avenir est carrement incertain si elles sont en pulpite irreversible. Ma dentiste n’a rien remarque lors de mon dernier examen/radio en janvier 2020 mais elle n’est pas endodontiste non plus, j’imagine qu’une dent en pulpite causer par un composite doit prendre beaucoup de temps a mourir ? puisque la carie est arreter mais je n’y connais rien non plus.

    Je ne vais evidemment pas laisser les trous vide, je me ferai faire des partiels dans le pire de cas pour ne pas perdre plus de dent par deplacement, je ne voulais pas en arriver la mais je paye pour mes erreurs du passe.

    Des que j’ai acces a mes radios je vous les envois si vous le voulez bien.

    • La sécurité sociale a beaucoup évolué et le dévitalisations et les couronnes ainsi que les inlays composites sont remboursés. Faites attention de ne pas trouver un autre prétexte pour détruire votre bouche: faites vous faire des devis avant de préjuger de votre incapacité!

    • La sécurité sociale a beaucoup évolué et le dévitalisations et les couronnes ainsi que les inlays composites sont remboursés. Faites attention de ne pas trouver un autre prétexte pour détruire votre bouche: faites vous faire des devis avant de préjuger de votre incapacité!
      Envoyez moi une radio panoramique sur « dr.h@conseildentaire.com ».

  5. Ici au canada aucun service dentaire n’est couvert pour les personnes de plus de 10 ans, on parle d’environ 3000$ pour une seule devitalisation plus couronne.

    Je vous envois ma radiographie des que possible.

LEAVE A REPLY