Home CHIRURGIE BUCCALE Exostoses buccales. Dossier.

Exostoses buccales. Dossier.

1614
0
SHARE

L’exostose buccale est une excroissance d’os normal qui pousse sur l’os alvéolaire. Elle ne nécessite aucun traitement tant qu’elle ne dérange pas le patient.

Mandibule

La mandibule présente souvent une zone d’épaississement aux emplacements des sutures osseuses embryonnaires. Il arrive que des exostoses se forment sur ces sutures. Voici un cas extrême que l’on rencontre de temps en temps. Il n’y a aucune pathologie ni aucun risque de dégénérescence cancéreuse, mais cela peut devenir très gênant pour le patient car la langue ne trouve plus sa place.

Exostose mandibulaire (conseildentaire.com).

Cette exostose mandibulaire s’appellent aussi « torus(ri) mandibulaire(ri) »

Pour poser une prothèse amovible,  il sera nécessaire de procéder à l’exérèse chirurgicale de ces protubérances.

Exostoses mandibulaires volumineuses (conseildentaire.com).

Etiologie.

Il n’y a aucune certitude en ce qui concerne la cause des exostoses, et depuis la fin du 18ième  siècle on a émis différentes hypothèses dont aucune n’a été confirmé avec certitude.
L’hérédité, est souvent citée, et plus récemment les traitements hormonaux de la ménopause, ainsi que le dysfonctions para thyroïdiennes.

En ce qui me concerne,  l’énorme quantité de messages et mails que je reçois, m’amène à constater que ce que je croyais être « des curiosités anatomiques », sont de plus en plus répandues et en questionnant les lecteurs, j’en arrive à poser l’hypothèse d’une réaction osseuses aux surcharges des forces exercées par les dents sur les os , soit par des traitements orthopédiques, soit par un bruxisme important. La réaction osseuse se fait aux zones de sutures osseuses mandibulaires ou intermaxillaires supérieures.

Exostoses mandibulaires ne laissant plus assez de place pour la langue.
Exostoses mandibulaires ne laissant plus assez de place pour la langue (conseildentaire.com).
petite exostose débutante (conseildentaire.com).

Ces exostoses débutantes sont en réalité très répandues et n’évoluent pas forcément vers les cas gigantesques montrés ci dessus.

Exostoses un peu plus marquées chez une femme de 35 ans, plus  à droite qu’à gauche (conseildentaire.com).

Quoiqu’il en soit, il est important de rassurer les personnes à qui cela arrive car à part la gène physique il n’y a aucun inconvénient, ni aucun danger.

Maxillaire.

LES EXOSTOSES PALATINES
Exostose palatine débutante, chez une jeune femme ayant subi un traitement orthodontique par plaque palatine (conseildentaire.com).
LES EXOSTOSES PALATINES
Exostose palatine chez un homme dont l’abrasion des incisives supérieures atteste d’un bruxisme prononcé sur les dents antérieures(eugénol.com)

Bourrelet de Mac Call.

Une forme typique d’exostose vestibulaire est le « bourrelet de Mac Call » très caractéristique de la surcharge occlusale.

Bourrelet de Mac Call discret en regard de la racine de la canine et de l’incisive latérale supérieures gauches, dû à une surcharge occlusale.

Ce bourrelet peut se transformer en véritable exostose. Il ne faut pas le confondre avec une hyperplasie gingivale qui est faite de tissus gingival élastique; là il s’agit bien de tissus osseux.

Les grosses exostoses vestibulaires dépassent en volume les bourrelets de Mac Call et sont aussi des à des forces occlusales exagérées surtout chez les bruxomanes.

Exostose vestibulaire au maxillaire supérieur (eugenol.com).
Exostose vestibulaire au maxillaire supérieur (eugenol.com).

La limite entre exostose et bourrelet de Mac Call est difficile à trouver

Exostose vestbulaire (eugenol.com).
Exostose vestibulaire ou bourrelet de Mac Call? (eugenol.com).

Histologie.

L’aspect histologique est celui d’os normal, tantôt très dense à la mandibule, et tantôt spongieux et vacuolaire au maxillaire.

coupe histologique d’os d’exostose spongieux.
Coupe histologique d’os d’exostose dense.

 

 

 

 

Traitement.

Les exostoses, comme nous l’avons vu  sont des excroissances osseuses qui poussent parfois sur les sutures embryologiques des maxillaires. Les plus fréquentes sont à la mandibule en lingual de l’os alvéolaire et basal, en dessous des prémolaires inférieures. Dans l’ordre des fréquences vient ensuite la suture inter-maxillaire supérieure au centre du palais sur un renflement que nous appelons le raphé palatin médian. L’exostose palatine s’appelle « torus palatin« . Puis viennent les exostoses vestibulaires.

J’ai choisi de décrire l’intervention concernant la mandibule, puisqu’elle a fait l’objet de plusieurs questions des lecteurs.

L’obstacle principal est le nerf lingual dont le trajet est sous muqueux, contrairement au nerf mandibulaire qui est intra-osseux: voir ICI.

Nerf lingual vu de la face interne de la mandibule.

 Comme il se subdivise vers l’avant, il vaut mieux pratiquer l’incision de décharge verticale le plus en avant possible, c’est à dire au niveau de la canine, pour sectionner les branches collatérales et non pas le tronc central. L’incision principale se fait le long des collets des dents jusqu’à la deuxième molaire pour donner une meilleure visibilité.

Lambeau lingual d’accès.

L’os mis à nu, après décollement de la muqueuse et du périoste*, laisse bien apparente l’excroissance osseuse à réséquer.

La résection osseuse se fait à la fraise à os sur micro-moteur ou à la fraise Zekria sur turbine, toujours avec une irrigation abondante pour ne pas faire chauffer l’os ce qui pourrait provoquer des nécroses.

fraises à os
fraise Zekria en carbure de tungstène

Une fois l’os bien aplani, le lambeau est rabattu à sa place et fortement comprimé pour arrêter le saignement qui peut être abondant dans l’os médulaire.

Les sutures sont péri dentaires ou point par point en 8 au niveau des papilles gingivales, et 2 ou 3 points en 0 pour l’incision verticale de décharge.

Les suites post-opératoires sont discrètes si l’os n’a pas chauffé. Les fils sont soit résorbables, soit retirés au bout de 8 à 10 jours.

En ce qui concerne les exostoses palatines du torus palatin, je souhaite préciser qu’il faut éviter les incisions de décharge au palais car elles cicatrisent très mal. Il faut donc faire une incision en feston le long des collets palatins des dents, de prémolaires à prémolaires et décoller complètement la muqueuse palatine, puis procéder à la résection osseuse, ensuite rabattre la muqueuse et faire des suture péri dentaires. Il est bon de poser tout de suite une plaque palatine pour obtenir un bon ré attachement de la muqueuse palatine.

On peut éventuellement se servir de l’os en trop d’une exostose pour faire une greffe là où on en a besoin.

Théoriquement, comme on n’en connait pas leur cause, les exostoses peuvent récidiver, mais par mon expérience personnelle, je n’ai pas le souvenir de récidives.

Je rappelle une fois de plus, pour rassurer ceux qui en sont porteurs, que les exostoses n’ont aucun potentiel dégénératif, et qu’on ne les opère que pour des raisons de confort, ou en vue d’une réhabilitation prothétique.

SHARE
Previous articleLa parodontologie médicale. Méthode de Bonner.
Next articleNouveauté dans la dépistage du HPV buccal.
Albert HAUTEVILLE Né le 17 Octobre 1935 au Caire en Egypte. - 1949/1955 Etudes de la 4ième à la terminale au LYCEE BUFFON PARIS. - Baccalauréat 1ière Série Moderne M’. - Terminale Sciences Expérimentales. - 1955 PCB 4Certificats : Physique, Chimie, Biologie animale et Biologie végétale. - 1960 DIPLOME CHIRURGIEN DENTISTE Faculté de médecine de Paris + cursus libre Externat Médecine 2 ans. - 1960 à 1962 Service militaire : Ecole d’Officiers de Reserve et Exercice professionnel hospitalier (Hôpital Hyacinthe Vincent à Dijon) - 1960 Exercice privé à Dugny - 1964 à 1981 Exercice privé à Tremblay en France - 1966 à 1973 Attaché de consultation Hôpital Ste. Anne à Paris - 1966 à 1976 Formation en Sophrologie - 1967 Diplôme Implants Aiguilles - 1969 Certificat d’Enseignement Supérieur en Parodontologie - 1973 Création d’un Service de Parodontologie à l’Institut Eastman à Paris - 1973 à 1983 Formation en Occlusodontie en particulier avec les professeurs JANKELSON et RAMFJORD - 1974 Doctorat en Chirurgie Dentaire - 1974 Doctorat en Sciences Odontologiques - 1975 Nommé Expert auprès de la Sécurité Sociale - 1976 à 1984 Assistant à la Faculté de Paris V René Descartes Odontologiste Assistant des Hôpitaux de Paris - 1976 Chargé de cours au Diplôme Universitaire d’Implantologie Paris V - 1978 Diplôme Universitaire en Chirurgie Buccale Paris V - 1979 Diplôme d’Etudes et de Recherches en Odontologie, Paris V - 1981 Exercice en Cabinet privé à Paris 17ième - 1983 Publication du livre Manuel de Chirurgie Buccale Ed. Prélat - 1994 Exercice en Cabinet privé à Paris 8ième - 1996 Diplôme Universitaire Parodontologie Paris VII - 2001 Départ à la retraite - 2011 Création du blog Conseil Dentaire Dr. Hauteville 5.000 pages lues par jour avec un maximum à 7.000 Publication du Dictionnaire Lexique Dentaire Illustré Publication de Petit Atlas d’Anatomie Dentaire Publication du Petit Atlas de Dermatologie Buccale - 2019 Auteur du Etude sur la vie du Prophète Moïse intitulée Moïse et Toutankhamon. A fait 18 ans de psychanalyse personnelle et des formations en hypnose, sophrologie, training autogène, Gestalt-thérapie, bio-energie, sexologie, et dynamique de groupe. Son fils Jean Philippe Hauteville, Prothésiste Conseil, apporte sa collaboration à la réalisation de ce blog, au niveau de tout ce qui concerne la prothèse dentaire. Le Dr. Hauteville, retraité depuis 2001 souhaite mettre ses connaissances et son expérience à la disposition de tous ceux qui le désirent, professionnels ou grand public, et répondre aux questions que voudront poser les lecteurs directement sur le blog. Publier des articles, regroupant les réponses aux interrogations des patients durant 40 ans, et des cours pour les étudiants en odontologie rendus accessibles à tous.

LEAVE A REPLY