Home MEDECINE Les malaises au cabinet dentaire. Malaise vagal ou lipothymie.

Les malaises au cabinet dentaire. Malaise vagal ou lipothymie.

5610
3
SHARE

Malaise vagal, évanouissement, lipothymie, syncope de courte durée…bref: tomber dans les pommes, comme dit le langage populaire; il est très difficile de définir chacun de ces mots et d’établir une graduation..

Nous ne parlerons pas ici des malaises hypoglycémiques, ni des crises d’épilepsie. ICI! et ICI!

Les malaises sont essentiellement d’origine psychosomatique, et une bonne préparation psychologique du patient, ainsi qu’une prémédication sédative devraient les faire disparaître de notre exercice. Ceci dit, certains patients prédisposés arrivent à faire des malaises dans la salle d’attente avant même d’entrer dans le cabinet dentaire. Ces patients doivent faire l’objet d’une attention spéciale car très culpabilisés et il faut faire très attention de ne pas en rajouter. (voir:ICI)

La lipothymie est un malaise sans perte totale de conscience, ou tout au moins perte partielle et de courte durée. Il y a sensation d’évanouissement imminent, vision de points brillants, diminution du champ visuel ou voile noir. La sensation d’angoisse est très intense avec oppression respiratoire et nausées.

On parle aussi de malaise vagal, car la cause principale en est le nerf pneumogastrique, dixième paire de nerfs crâniens appelé aussi nerf vague. Il part du cerveau pour innerver tout le thorax, les poumons, l’estomac, le coeur, le diaphragme et il est très étroitement lié au système parasympathique que l’on appelle aussi « système vague« . Il est très réflexogène.

Le système parasympathique a pour vecteur chimique l’acétylcholine qui est antagoniste de l’adrénaline, elle même vecteur chimique du système sympathique.

Contrairement à l’adrénaline, l’acétylcholine ralentit le cœur, dilate les vaisseaux et fait baisser la pression artérielle.

La décharge brutale d’acétylcholine dans le circuit sanguin fait chuter brusquement la tension artérielle et le défaut d’irrigation du cerveau peut aller jusqu’à la perte de conscience, dite »syncope« . Lorsqu’elle est d’origine vagale la perte de conscience est de courte durée, et le retour à la conscience est total. Il arrive qu’il y ait quelques convulsions, ou du moins des contractions musculaires, durant la perte de conscience et des vomissements pendant ou après le réveil.

Il faut immédiatement allonger le patient en cas de malaise et rabattre très bas le dossier du fauteuil de telle sorte que la tête soit plus basse que le reste du corps pour provoquer un afflux de sang au cerveau. Cette manœuvre permet la plupart du temps de couper court à la syncope et d’éviter les vomissements.
Il faut néanmoins être toujours prêt à faire face à des vomissements auquel  cas il faut tout de suite mettre le patient en position latérale de sécurité, c’est à dire le coucher sur le coté, pour ne pas avoir de réjections dans les voies respiratoires.

Un petit peu d’oxygène aide le cerveau et facilite la récupération.

J’en profite pour rappeler que la présence de bouteilles d’oxygène contrôlées et en état de marche est obligatoire dans tous les cabinets dentaires.

Ce type de malaise ne présente généralement aucun danger pour le patient qui récupère très vite et peut repartir normalement chez lui après un petit séjour d’observation dans la salle d’attente.

Lire ICI!

SHARE
Previous articleLe plateau d’examen.
Next articleLes tumeurs bénignes osseuses.
Albert HAUTEVILLE Né le 17 Octobre 1935 au Caire en Egypte. - 1949/1955 Etudes de la 4ième à la terminale au LYCEE BUFFON PARIS. - Baccalauréat 1ière Série Moderne M’. - Terminale Sciences Expérimentales. - 1955 PCB 4Certificats : Physique, Chimie, Biologie animale et Biologie végétale. - 1960 DIPLOME CHIRURGIEN DENTISTE Faculté de médecine de Paris + cursus libre Externat Médecine 2 ans. - 1960 à 1962 Service militaire : Ecole d’Officiers de Reserve et Exercice professionnel hospitalier (Hôpital Hyacinthe Vincent à Dijon) - 1960 Exercice privé à Dugny - 1964 à 1981 Exercice privé à Tremblay en France - 1966 à 1973 Attaché de consultation Hôpital Ste. Anne à Paris - 1966 à 1976 Formation en Sophrologie - 1967 Diplôme Implants Aiguilles - 1969 Certificat d’Enseignement Supérieur en Parodontologie - 1973 Création d’un Service de Parodontologie à l’Institut Eastman à Paris - 1973 à 1983 Formation en Occlusodontie en particulier avec les professeurs JANKELSON et RAMFJORD - 1974 Doctorat en Chirurgie Dentaire - 1974 Doctorat en Sciences Odontologiques - 1975 Nommé Expert auprès de la Sécurité Sociale - 1976 à 1984 Assistant à la Faculté de Paris V René Descartes Odontologiste Assistant des Hôpitaux de Paris - 1976 Chargé de cours au Diplôme Universitaire d’Implantologie Paris V - 1978 Diplôme Universitaire en Chirurgie Buccale Paris V - 1979 Diplôme d’Etudes et de Recherches en Odontologie, Paris V - 1981 Exercice en Cabinet privé à Paris 17ième - 1983 Publication du livre Manuel de Chirurgie Buccale Ed. Prélat - 1994 Exercice en Cabinet privé à Paris 8ième - 1996 Diplôme Universitaire Parodontologie Paris VII - 2001 Départ à la retraite - 2011 Création du blog Conseil Dentaire Dr. Hauteville 5.000 pages lues par jour avec un maximum à 7.000 Publication du Dictionnaire Lexique Dentaire Illustré Publication de Petit Atlas d’Anatomie Dentaire Publication du Petit Atlas de Dermatologie Buccale - 2019 Auteur du Etude sur la vie du Prophète Moïse intitulée Moïse et Toutankhamon. A fait 18 ans de psychanalyse personnelle et des formations en hypnose, sophrologie, training autogène, Gestalt-thérapie, bio-energie, sexologie, et dynamique de groupe. Son fils Jean Philippe Hauteville, Prothésiste Conseil, apporte sa collaboration à la réalisation de ce blog, au niveau de tout ce qui concerne la prothèse dentaire. Le Dr. Hauteville, retraité depuis 2001 souhaite mettre ses connaissances et son expérience à la disposition de tous ceux qui le désirent, professionnels ou grand public, et répondre aux questions que voudront poser les lecteurs directement sur le blog. Publier des articles, regroupant les réponses aux interrogations des patients durant 40 ans, et des cours pour les étudiants en odontologie rendus accessibles à tous.

3 COMMENTS

  1. Je vous en prie aidez-moi ! Depuis que j’ai été mal soignée à une dent je souffre de lypothymie. Quelques secondes après l’injection de l’anesthésiant, j’ai eu des palpitations cardiaques assez fortes, dûes à l’adrénaline. Le lendemain je souffrais de lypothymie. Cela a duré près d’un mois. Et s’est atténué très lentement. Or aujourd’hui je suis allée voir un autre dentiste (car j’ai mal à une autre dent juste a côté), or quand le dentiste à touché l’endroit soigné de la dent précédente, j’ai ressenti une très vive douleur et la lyptohymie est réapparue, en moins fort. Comment puis-je soigner mes dents désormais !? J’ai peur. Devrai-je être soignée sous anesthésie générale ? Pourrais-je en mourrir et ne jamais me réveiller ?
    Merci d’avance pour votre aide.

LEAVE A REPLY