Accueil CHIRURGIE BUCCALE EXTRACTION SIMPLE D’UNE DENT.

EXTRACTION SIMPLE D’UNE DENT.

4327
5

Comment extraire une dent? L’extraction dentaire est certainement le premier acte chirurgicale que l’homme a appris à faire.

Avant toute extraction, il convient de s’assurer de la dent qui doit être extraite, bien vérifier qu’il n’y a pas eu d’erreur concernant le numéro de la dent dont l’extraction est demandée et  que toutes les options thérapeutiques ont bien été analysées.

Une fois ces contrôles terminés, on fait faire au patient un lavage soigneux de la cavité buccale avec un bain de bouche antiseptique. Puis on procède à une pulvérisation de toute la denture pour éliminer toutes les impuretés qui pourraient subsister.

Anesthésie locale ou loco-régionale.
Pour l’anesthésie, se reporter aux deux chapitres « anesthésie locale »(ICI) et « anesthésie régionale »(ICI).

L’extraction proprement dite commence par la syndesmotomie, qui signifie section du desmodonte, au moyen d’un syndesmotome. Le syndesmotome est un instrument muni d’un manche métallique et d’une lame tout d’une pièce. La lame est épaisse et peu tranchante, et de diverses formes: droite, coudée ou faucille.

Après avoir choisi la forme de lame qui convient le mieux à la situation de la dent, on insère la lame en puissance dans le desmodonte, entre la dent et l’os, tout autour de la dent. On peut aussi faire de légers mouvements de rotation pour mobiliser la dent dans son alvéole.
On saisit ensuite la dent avec un davier, qui est une pince; il en existe pour chaque type de dent:
– davier droit pour incisives centrales supérieures
– davier droit plus étroit pour incisives latérales supérieures
– davier droit plus gros pour canines supérieures
– davier légèrement coudé pour prémolaires supérieures
– davier pour molaires supérieures droites avec ergot à droite
– davier pour molaires supérieures gauches avec ergot à gauche
– davier pour dents de sagesse du haut en baïonnette

– davier coudé pour incisives inférieures
– davier coudé pour canines inférieures
– davier coudé pour prémolaires inférieures
– davier coudés avec deux ergots pour molaires inférieures
– davier coudé sur chant avec deux ergots pour dents de sagesse inférieures.
– davier baïonnette fin pour racines du haut
– davier coudé fin pour racines du bas

La pince du davier bien ajustée au collet de la dent à extraire, on enfonce les mors le plus profondément possible et on serre fort. On pratique alors des mouvements de rotation et de traction combinés pour luxer la dent. Ce geste nécessite un tour de main et une expérience car il faut savoir doser la force en fonction de la résistance opposée et apprécier le degré de luxation de la dent sans risque de la fracturer. Une légère bascule en vestibulaire est indispensable, mais là encore il faut faire attention de ne pas fracturer la table osseuse externe.

La dent sort progressivement et en douceur. Les sensations de traction de torsion et les craquements sont impressionnants pour le patient mais il ne doit sentir aucune douleur. Il faut immédiatement stopper au moindre signe de douleur et compléter l’anesthésie si nécessaire. La dent doit sortir en douceur, éviter toute manoœvre de force ridicule et inutile.

La dent extraite, il faut procéder au parage de l’alvéole: on curette toutes les parois et le fond pour retirer tous les tissus granuleux inflammatoires, avec une curette de Lucas.

On émousse ensuite les rebords de l’os alvéolaire avec des râpes à os ou si nécessaire avec une pince gouge.

Lorsque le parage de l’alvéole semble correct, on pince entre le pouce et l’index les tables internes et externes qui ont une certaine élasticité, pour les rapprocher l’une de l’autre et réduire l’ouverture de l’alvéole béante. On plie deux compresses en quatre, on les appuie très fort sur l’emplacement de la dent extraite et on fait serrer les dents dessus. Le temps de donner une ordonnance et tous les conseils en prévention de l’alvéolite (ICI), il faut changer le tampon de compresses avant le départ du patient et lui remettre un petit sachet de 4 compresses stériles pour qu’il puisse renouveler le tampon de manière à protéger le caillot sanguin pendant une heure.

L’extraction est un acte perçu comme très agressif par le patient, et doit être  menée avec beaucoup de tact manuel et psychologique; elle impose un certain tour de main et une expérience, et surtout la possibilité de passer à une technique chirurgicale si nécessaire et par conséquent n’est pas forcément à la portée de tous les praticiens. En cas de difficultés il faut avoir recours à une alvéolectomie(ICI).

Le praticien est très souvent jugé sur sa comportement lors des extractions, et il doit être vigilant à ne pas tomber dans le comportement archétypique de « l’arracheur de dents ».

Les illustrations sont tirées du « Manuel d’Odontologie Chirurgicale » édité chez Prélat.Auteurs: HAUTEVILLE & COHEN (ed. Prelat).

Article précédentETHIQUE PROFESSIONNELLE ET DÉONTOLOGIE.
Article suivantEXTRACTION DIFFICILE. EXTRACTIONS MULTIPLES.
Albert HAUTEVILLE Né le 17 Octobre 1935 . Chirurgien Dentiste diplômé de la Faculté de Médecine de Paris (Ecole Odontologique de Paris) en 1960, durant une période courte où les dentistes étaient formés par la faculté de Médecine et avaient la possibilité facultative de suivre en même temps les cours de médecine, ce qu'il a fait. Docteur en Chirurgie Dentaire. Docteur en Sciences Odontologiques. Certificat d'Enseignement Supérieur en parodontologie Diplômé Universitaire en Chirurgie Buccale de Paris V. Diplômé Universitaire en Parodontologie de Paris VII. Ex-Assistant à la Faculté de Chirurgie Dentaire de Paris V. Ex-Assistant en Odontologie des Hôpitaux de Paris. Titulaire du Diplôme d'Etudes et de Recherches en Sciences Odontologiques. Ex Chargé de cours au Diplôme Universitaire d'Implantologie Paris V .Ex-enseignant auprès des écoles d’Assistantes Dentaires et d'Infirmières. Ex-Expert auprès de la Sécurité Sociale. Ex-Chef de Service de Parodontologie à l'Institut Eastman de Paris. Ex-Attaché de Consultation au Service de Stomatologie de l'Hôpital Ste.Anne à Paris. A fait des stages de formation en occlusodontie avec le Pr. JANKELSON et avec et le Pr. RAMFJORD. Co-auteur et responsable de publication du livre publié en 1989 en français et en italien, aux Editions Masson : "Manuel d'Odontologie Chirurgicale"(épuisé). Retraité depuis 2001. Service Militaire 1960-62 en temps qu'officier de réserve du Service de Santé. A exercé à Paris pendant 38 ans, et depuis 1976 exclusivement la stomatologie, à l'exclusion de toute prothèse ou soins dentaires: c'est à dire surtout la Chirurgie Buccale, Pathologie et Thérapeutiques, Parodontologie et Implantologie. A fait 18 ans de psychanalyse personnelle et des formations en hypnose, sophrologie, training autogène, Gestalt-thérapie, bio-energie, sexologie, et dynamique de groupe. Son fils Jean Philippe Hauteville, Prothésiste Conseil, apporte sa collaboration à la réalisation de ce blog, au niveau de tout ce qui concerne la prothèse dentaire. Le Dr. Hauteville, retraité depuis 2001 souhaite mettre ses connaissances et son expérience à la disposition de tous ceux qui le désirent, professionnels ou grand public, et répondre aux questions que voudront poser les lecteurs directement sur le blog. Publier des articles, regroupant les réponses aux interrogations des patients durant 40 ans, et des cours pour les étudiants en odontologie rendus accessibles à tous.

5 COMMENTS

  1. Bonjour!

    Il y a trois semaines, je me suis fais extraire une molaire, mais il y a un trou toujours visible avec aucune douleur. De plus, la dent voisine a une pulpite assez avancée et je dois me faire extraire cette dent sous peu. Y a-t-il un danger à faire extraire la dent voisine aussi rapidement, cas elle me fait très mal?

    • Non il n’y a aucun danger, mais une dent qui a une pulpite peut être conservée si on lza dévitalise, il ne faut pas systématiquement l’extraire.

      • Merci pour votre réponse.
        Vous avez raison pour la dévitalisation. Par contre, dans les 3 dernières années, j’ai eu 4 dévitalisations dont 3 furent des échecs. Pour la 4 ième dévitalisation, la dent est encore très sensible. Ces dévitalisations ont été faite par 2 endodentistes différents. De quoi dépend le fait que la dévitalisation ne fonctionne pas très bien chez moi?

LEAVE A REPLY