Accueil DERMATOLOGIE BUCCALE LES CHÉILITES: PATHOLOGIE DES LÈVRES.

LES CHÉILITES: PATHOLOGIE DES LÈVRES.

815
0

La chéilite est une inflammation des lèvres buccales, due à des causes variées.
Elle touche souvent les musiciens utilisant des instruments à vent buccaux, et les sportifs et navigateurs exposés au soleil et aux intempéries.
Les enfants sont plus sujets aux chéilites que les adultes. Les statistiques disent que les chéilite touchent plus les femmes que les hommes, et surtout entre 20 et 40 ans.

Le terme « Cheilitis » n’indique pas un diagnostic, c’est une désignation de toutes les pathologies des lèvres, à commencer par les simples « gerçures » ou « crevasses » hivernales, pour aboutir à des pathologies précancéreuses, en passant par le « muguet » ou perlèche.
Les carences en vitamines B 2 et C sont souvent incriminées.

Lèvres-gercées (santé total)
Lèvres-gercées (santé total)
  • 1° CHÉILITES INDÉPENDANTES DITES « PRIMAIRE »
    –   
    Chélite glandulaire: causée par un défaut congénital ou acquis des glandes salivaires annexes des lèvres, qui sont hyperplasiques.
Chéilite glandulaire (JIM).
Chéilite glandulaire (JIM).

Les autres facteurs étiologiques sont  le tartre, maladie parodontale, la carie dentaire et d’autres maladies infectieuses. Caractéristiques de l’âge de 30 ans, avec le plus  de fréquence la lèvre inférieure.

        –   Chéilite exfoliatrice:

Chélite exfoliatrice (information dentaire)
Chélite exfoliatrice (information dentaire)

« La chéilite factice est un état chronique caractérisé par des lésions squameuses labiales. Elles ont été attribuées à des traumatismes inconscients comme des morsures ou le passage répété de la langue. Elles sont atypiques et parfois hémorragiques, pouvant aller jusqu’à prendre un aspect de malignité. Certaines études mettent en évidence une prépondérance chez des femmes jeunes, bien que des chéilites factices soient retrouvées dans tous les groupes, ethniques d’âge ou de sexe. Si la pathogénie exacte reste obscure, l’existence d’un désordre psychiatrique ou d’un trouble de la personnalité sous-jacent est suspectée. Dans le cas décrit, l’amélioration de l’anxiété du patient s’est accompagnée d’une amélioration de la chéilite. » (INFORMATION DENTAIRE)

–    Chélite allergique de contact: surtout chez les femmes à cause de l’utilisation de rouge à lèvres.

Chéilite allergique (scottsarber.com).
Chéilite allergique (scottsarber.com).

–   Chéilite traumatique des instruments à vent:

Chélite traumatique instrument à embouchure (medecinedesarts.com).
Chéilite traumatique d’un instrument à embouchure (medecinedesarts.com).

Anche2

 

Instrument à anche (atlasdedermatologie.com)
Instrument à anche (atlasdedermatologie.com)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

       –   Chéilite actinique:
Affection à potentiel dégénératif due une une lésion de l’ADN consécutive à une exposition solaire prolongée. Touche plus les hommes que les femmes.  

Chéilite actinique (our).
Chéilite actinique (our).

Le tabagisme et une mauvaise hygiène entrent dans l’étiologie de cette affection.

Cheilite actinique tabagique (dermatologie.free.fr).
Cheilite actinique tabagique (dermatologie.free.fr).

La chéilite se manifeste par une atrophie du rebord du vermillon de la lèvre inférieure avec un érythème persistent. Des ulcérations et des fissures peuvent également être notées.
L’histologie montre une hyperkératose. Dans les formes avancée une biopsie est justifiée pour s’assurer qu’il n’y a pas de dégénérescence cancéreuse. La dégénérescence se fait sous forme de carcinome épidermoïde.

Carcinome épidermoïde(our).
Carcinome épidermoïde(our).

       –   Chéilite mycosique commissurale

Chélite commissurale candidosique (jcda.ca).
Chélite commissurale candidosique (jcda.ca).

Aussi appelé « muguet ou « perlèche », l’agent infectant est le candida albicans, mais il y a souvent une surinfection bactérienne.

– Lichen plan de la lèvre:  

Lichen plan de la lèvre (lecourrierdudentiste).
Lichen plan de la lèvre (lecourrierdudentiste).
  • 2° CHÉITITES SYMPTOMATIQUE « SECONDAIRE »

– Chéilite atopique:
Ce sont des manifestations de dermatites diverse qui se manifestent sur les lèvres

Chéilite atopique (atlasdedermatologieprofessionnelle.com).
Chéilite atopique (atlasdedermatologieprofessionnelle.com).

– Chélite eczémateuse:
C’est une manifestation atopique d’un eczéma dermique.

Chélite eczémateuse (dermis)
Chélite eczémateuse (dermis)

– Chéilite pasoriasique:

Une chéilite peut apparaître au décours d’un psoriasis

Chéilite psoriasique.
Chéilite psoriasique.

– Chéilite médicamenteuse:
provoquée par certains médicaments.

Chéilite médicamenteuse (lecourrierdudentiste.com).
Chéilite médicamenteuse (lecourrierdudentiste.com).

– Oedème de Quincke:

Oedème de Quincke de la lèvre (3.chu-rouen-1).
Oedème de Quincke de la lèvre inférieure (3.chu-rouen-1).

Manifestation allergique qui peut également se situer à la paupière ou dans le pharynx.

 – Syndromes de Lyell et Stevens-Johnson:
C’est une forme grave, potentiellement mortelle (15 %), d’érythème polymorphe, généralement due à la prise d’un médicament (sulfamides, anti inflammatoires).

Chéilite du syndrôme de Stevens et Johnson (dermis)
Chéilite du syndrôme de Stevens et Johnson (dermis)

 –   Herpès labial:

Herpès labial (medisite).
Herpès labial (medisite).

– La syphilis: le chancre d’inoculation syphilitique est surélevé et induré « en carte de visite ».

chancre syphilitique (slide player)
chancre syphilitique (slide player)

  Comme vous avez pu le constater, le terme « chéilite » est un peu « fourre-tout », et une classification claire est très difficile à trouver, ce qui complique le traitement, qui devra toujours tenir compte de la cause.

TRAITEMENT DES CHÉLITES:

Traitement étiologique: tout d’abord commencer par traiter la ou les causes. Et ensuite établir un traitement local approprié.
Quelle que soit la cause il faut la traiter, car le traitement symptomatique seul mènera inéluctablement à une récidive.

Traitement local:

  • pour les chélites glandulaires,on peut détruire les glandes incriminée à l’électrocoagulation, au laser, à la torche à plasma ou par exérèse au bistouri.
  •  pour les chélites actiniques il faut faire systématiquement une biopsie, et recommander la protection totale des lèvres au soleil.
  • pour les chélites traumatiques, il faut protéger les lèvres avec une crème grasse lors de l’activité causale, et éliminer tous les tics de mordillement de succion ou de léchage.
  • pour les chéilites commissurales il faut se souvenir qu’elles  sont souvent plurifactorielles : immunodépression générale, macération et irritation locale, surinfection mycosique ou bactérienne.
  • pour les chélites secondaire il faudra un traitement spécifique à chaque maladie.

Le traitement local proprement dit:

  • des mesures d’hygiène douce,
  • un traitement émollient quotidien,
  • un traitement anti-inflammatoire topique pendant les poussées et éventuellement à titre de prévention des poussées.
    Un traitement par corticothérapie locale (clobétasol en crème) appliqué 2 fois par jour sur les lésions labiales sur les chéilites desquamatives, et allergiques, permet la disparition des lésions érythémato-érosives et croûteuses des lèvres après un mois de traitement.  Une surveillance tous les 6 mois  et des conseils de protection solaire doivent être prodigués.

    Mais il faut bien reconnaître, et les forums internet sont là pour le confirmer, les traitements ne sont pas toujours efficaces et de nombreuses recherches sont actuellement en cours pour tenter d’améliorer les résultats.

    Et comme toujours, ce sera encore la prévention qui aura le dernier mot!!!



Article précédentLA BÉANCE TUBAIRE.
Article suivantDENT PROVISOIRE IMMÉDIATE.
Dr. Albert Hauteville
Albert HAUTEVILLE Né le 17 Octobre 1935 . Chirurgien Dentiste diplômé de la Faculté de Médecine de Paris (Ecole Odontologique de Paris) en 1960, durant une période courte où les dentistes étaient formés par la faculté de Médecine et avaient la possibilité facultative de suivre en même temps les cours de médecine, ce qu'il a fait. Docteur en Chirurgie Dentaire. Docteur en Sciences Odontologiques. Certificat d'Enseignement Supérieur en parodontologie Diplômé Universitaire en Chirurgie Buccale de Paris V. Diplômé Universitaire en Parodontologie de Paris VII. Ex-Assistant à la Faculté de Chirurgie Dentaire de Paris V. Ex-Assistant en Odontologie des Hôpitaux de Paris. Titulaire du Diplôme d'Etudes et de Recherches en Sciences Odontologiques. Ex Chargé de cours au Diplôme Universitaire d'Implantologie Paris V .Ex-enseignant auprès des écoles d’Assistantes Dentaires et d'Infirmières. Ex-Expert auprès de la Sécurité Sociale. Ex-Chef de Service de Parodontologie à l'Institut Eastman de Paris. Ex-Attaché de Consultation au Service de Stomatologie de l'Hôpital Ste.Anne à Paris. A fait des stages de formation en occlusodontie avec le Pr. JANKELSON et avec et le Pr. RAMFJORD. Co-auteur et responsable de publication du livre publié en 1989 en français et en italien, aux Editions Masson : "Manuel d'Odontologie Chirurgicale"(épuisé). Retraité depuis 2001. Service Militaire 1960-62 en temps qu'officier de réserve du Service de Santé. A exercé à Paris pendant 38 ans, et depuis 1976 exclusivement la stomatologie, à l'exclusion de toute prothèse ou soins dentaires: c'est à dire surtout la Chirurgie Buccale, Pathologie et Thérapeutiques, Parodontologie et Implantologie. A fait 18 ans de psychanalyse personnelle et des formations en hypnose, sophrologie, training autogène, Gestalt-thérapie, bio-energie, sexologie, et dynamique de groupe. Son fils Jean Philippe Hauteville, Prothésiste Conseil, apporte sa collaboration à la réalisation de ce blog, au niveau de tout ce qui concerne la prothèse dentaire. Le Dr. Hauteville, retraité depuis 2001 souhaite mettre ses connaissances et son expérience à la disposition de tous ceux qui le désirent, professionnels ou grand public, et répondre aux questions que voudront poser les lecteurs directement sur le blog. Publier des articles, regroupant les réponses aux interrogations des patients durant 40 ans, et des cours pour les étudiants en odontologie rendus accessibles à tous.

LEAVE A REPLY