Accueil PSYCHOLOGIE.PSYCHANALYSE.RELATION PRATICIEN-PATIENT LA GESTUELLE DU DENTISTE ET DE SON AIDE OPÉRATOIRE.

LA GESTUELLE DU DENTISTE ET DE SON AIDE OPÉRATOIRE.

502
5

Les gestes que fait le dentiste, c’est à dire sa gestuelle, sont très importants pour les patients, mais aucun enseignement n’en tient compte.

Il faut écouter ce que disent les gens en parlant de leur dentiste: c’est très instructif. Ils disent « il a la main légère » ou il « a la main lourde ». J’en entend qui disent, lorsqu’il ont eu une extraction difficile « qu’il a posé son genou sur la poitrine pour prendre un point d’appui ». Ce matin, dans mes commentaires, une lectrice disait que son chirurgien  » avait abîmé la lèvre en travaillant sur sa gencive ».
Bien sûr que cela fait deux siècles qu’aucun dentiste n’a posé le genou sur la poitrine d’un patient!!!
Bien sûr que la lèvre de la patiente a été tuméfiée par l’écarteur qui permet d’éloigner la lèvre pour ne pas la blesser…mais il faut quand même « entendre » ce qu’ils disent: ils disent qu’ils nous vivent comme extrêmement agressifs!!!

Il faut donc que nos gestes soient étudiés et mesurés pour désamorcer le processus sado-masochiste. Toute notre attitude doit être bienveillante.

Déjà, il ne faut pas sentir le tabac, ni la vinasse, ni l’ail, ni la transpiration!!!

Ensuite, il faut que nous soyons nous même calmes et mesurés, même si nous sommes pressés par le temps. Lorsque que nous devons toucher un patient, le geste doit être mesuré et ralenti au contact: on ne peut pas demander au patient de tourner la tête à gauche en la lui poussant brutalement la tête à gauche! il faut accompagner gentiment le geste à la parole en lui touchant délicatement la joue.
On ne peut pas jeter les instruments sur la table opératoire: il faut les poser calmement!
On ne peut pas faire des reproches acerbes à son assistante devant le patient.

N’oublions pas que nous sommes des substituts de la MÈRE, nous devons avoir des gestes de « bonne mère ».
Et tout ceci est parfaitement valable pour l’assistant(e) opératoire aussi.

Malheureusement, je n’ai jamais entendu aucun enseignant tenir ce langage aux étudiants: heureusement qu’ils me lisent!!!



Article précédentLE DENTISTE ET LA SOPHROLOGIE
Article suivantLA BÉANCE TUBAIRE.
Dr. Albert Hauteville
Albert HAUTEVILLE Né le 17 Octobre 1935 . Chirurgien Dentiste diplômé de la Faculté de Médecine de Paris (Ecole Odontologique de Paris) en 1960, durant une période courte où les dentistes étaient formés par la faculté de Médecine et avaient la possibilité facultative de suivre en même temps les cours de médecine, ce qu'il a fait. Docteur en Chirurgie Dentaire. Docteur en Sciences Odontologiques. Certificat d'Enseignement Supérieur en parodontologie Diplômé Universitaire en Chirurgie Buccale de Paris V. Diplômé Universitaire en Parodontologie de Paris VII. Ex-Assistant à la Faculté de Chirurgie Dentaire de Paris V. Ex-Assistant en Odontologie des Hôpitaux de Paris. Titulaire du Diplôme d'Etudes et de Recherches en Sciences Odontologiques. Ex Chargé de cours au Diplôme Universitaire d'Implantologie Paris V .Ex-enseignant auprès des écoles d’Assistantes Dentaires et d'Infirmières. Ex-Expert auprès de la Sécurité Sociale. Ex-Chef de Service de Parodontologie à l'Institut Eastman de Paris. Ex-Attaché de Consultation au Service de Stomatologie de l'Hôpital Ste.Anne à Paris. A fait des stages de formation en occlusodontie avec le Pr. JANKELSON et avec et le Pr. RAMFJORD. Co-auteur et responsable de publication du livre publié en 1989 en français et en italien, aux Editions Masson : "Manuel d'Odontologie Chirurgicale"(épuisé). Retraité depuis 2001. Service Militaire 1960-62 en temps qu'officier de réserve du Service de Santé. A exercé à Paris pendant 38 ans, et depuis 1976 exclusivement la stomatologie, à l'exclusion de toute prothèse ou soins dentaires: c'est à dire surtout la Chirurgie Buccale, Pathologie et Thérapeutiques, Parodontologie et Implantologie. A fait 18 ans de psychanalyse personnelle et des formations en hypnose, sophrologie, training autogène, Gestalt-thérapie, bio-energie, sexologie, et dynamique de groupe. Son fils Jean Philippe Hauteville, Prothésiste Conseil, apporte sa collaboration à la réalisation de ce blog, au niveau de tout ce qui concerne la prothèse dentaire. Le Dr. Hauteville, retraité depuis 2001 souhaite mettre ses connaissances et son expérience à la disposition de tous ceux qui le désirent, professionnels ou grand public, et répondre aux questions que voudront poser les lecteurs directement sur le blog. Publier des articles, regroupant les réponses aux interrogations des patients durant 40 ans, et des cours pour les étudiants en odontologie rendus accessibles à tous.

5 COMMENTS

  1. En effet, Docteur, ce que vous écrivez sera hautement utile à de nombreux praticiens et assistantes.
    Rarissimes sont celles et ceux qui proposent un coussin si on a la nuque sensible, un doigt de stick à lèvres si on a les lèvres sèches ou crevassées.
    Certains portent le masque, d’aucuns partagent généreusement postillons et haleine caractéristique de bouche non/mal soignée.
    « J’ai mal » est accueilli diversement: pause bienvenue, changement de position permis, question pleine de sollicitude, mais aussi: « vous avez mal parce que vous êtes contracté.e » ou yeux levés au ciel…Reproches si vous avez le malheur d’être sensible…
    Choisir un écarteur trop grand révèle un manque d’observation, de sensibilité et d’expérience: instructif pour le patient, qui choisira d’abréger plutôt que de poursuivre « les soins »
    La séance de prise d’empreinte est le moment de rencontrer éventuellement le réflexe de vomissement du patient. Certain semble attendre le dernier moment pour enlever le dispositif…
    Quand une blessure inopportune est provoquée au frein de la langue, certain ne prend pas la peine de relever l’incident, encore moins de s’excuser…
    Un autre donne des explications déjà connues et non demandées et dit: « Vous n’écoutez pas »
    Soigner, cela veut dire quoi exactement? Le sadisme et l’indifférence existent et peut-être se soignent-ils…
    Le tarif des différents soins proposés n’est pas affiché dans la salle d’attente…sauf cas rarissime…
    Le patient idéal est riche et n’a rien à soigner. Qui soigne qui?

  2. Bonjour
    Je me permets de vous contacter pour ma maman qui a 73 ans et porteuse deux prothèses dentaires. Elles ont été faites il y a un peu plus d’un an et depuis malheureusement ces dernières lui causent des brûlures buccales et des irritations de plus en plus insupportables.. elle en a parlé a plusieurs reprises a son dentiste mais celle-ci n’a pas l’air de s’en offusquer plus que cela et ne trouve pas de solution a son problème ! Voir souffrir maman m’est devenu insupportable et j’aimerais savoir sil y a une solution qui pourrait que sa vie ne soit pas que douleur! Par avance je vous remercie et espère sincèrement que vous pourrez l’aider afin qu’elle ressente a nouveau un bien-être au quotidien.. Cordialement.

    • Commencez par lui acheter du spray HYALUGEL à mettre sur les parties de la muqueuse irritée,…et recontactez moi, pour me dire si ça marche ou pas.

  3. Un article que tous les praticiens devraient lire. Il faut bien sûr faire les soins, mais il faut les faire en respectant le patient. Merci docteur

  4. Merci pour cet article que les praticiens devraient lire attentivement. Vous y décrivez des situations vécues, le premier commentaire situe aussi bien le problème.
    Combien de patients de dentiste ou de praticiens hospitaliers ont été choqués par des attitudes inadéquates.
    merci bcp pour cet article!

LEAVE A REPLY