Accueil MEDECINE MAUVAISE HALEINE (HALITOSE). Causes et traitements.

MAUVAISE HALEINE (HALITOSE). Causes et traitements.

1780
4

L’halitose, n’est pas suffisamment prise au sérieux par le corps médical, mais elle est très répandue et touche 25% de la population. Elle peut être passagère et occasionnelle mais elle est très souvent durable et chronique, et peut devenir un véritable handicap social pour ceux qui en sont victimes, d’autant plus qu’ils n’en sont pas toujours conscients, ce qui constitue un véritable problème pour l’entourage. C’est donc à l’entourage très proche même, de les en informer avec le plus de tact possible, et surtout de leur dire que sauf dans des cas exceptionnels de maladies générales systémiques, l’halitose se guérit en quelques jours.
Socialement, la mauvaise haleine est considérée comme « honteuse » et les très nombreux messages que je reçois ne comportent même pas ce vocable mais seulement « MH » tellement ceux qui en sont atteints en ont honte! Dans les commentaires sous mon premier article sur l’halitose, un lecteur dit « je suis atteint du problème dont vous parlez dans cet article »…il n’ose même pas écrire MH!!!

abcdentaire.ch
abcdentaire.ch

Savez vous pourquoi on dit: « une haleine de crocodile »?
Tout simplement parce que le crocodile a une haleine épouvantable. Il est exclusivement carnivore, mange beaucoup de viande, qui reste coincée entre ses dents et pourrit. C’est la raison pour laquelle il reste la bouche grande ouverte et que des petits oiseaux, qu’il laisse faire sans les inquiéter, mangent les débris entre ses dents!
Dans l’imagerie populaire, la mauvaise haleine ne peut venir que d’une bouche sale, et la parole de celui qui « pue du bec » ne peut être que sale, fausse, mensongère… Heureusement que les médias, journaux, radios, télévision, et internet ne retransmettent pas l’haleine des hommes politiques!!!

La bouche est un carrefour entre les voies digestives et respiratoires et c’est un système très complexe comme nous avons commencé à l’entrevoir. Le nez, les sinus, la gorge, les amygdales, le pharynx, le larynx, les poumons, l’œsophage, et l’estomac, chacun, ou ce qui complique souvent le problème, plusieurs éléments à la fois peuvent être cause de mauvaise haleine.

Qu’est-ce que l’halitose?

L’halitose est l’émission d’une mauvaise odeur par la bouche venant de gaz soufrés (SH², Mercaptols..) ou d’ammoniac. On ne considère comme halitose que les odeurs désagréables et non pas celles agréables (comme l’eucalyptol des suppositoires utilisés dans les affections respiratoires, et éliminé par les poumons).
Les halitoses ne sont pas toutes les mêmes! Les diabétiques mal compensés (haleine cétonique) ou les personnes qui ont une gangrène pulpaire (bactéries anaérobies), je les sens dans la salle d’attente. Avant même qu’ils ne soient entrés dans mon cabinet, le diagnostic est fait!

1- DIAGNOSTIC.

Il faut bien différencier l’halitose de la casosmie. La cacosmie est une mauvaise odeur ressentie par le patient lui même. Cette cacosmie peut être perceptible par d’autres personnes, et là elle devient halitose et on dit qu’elle est objective. La cacosmie subjective est quand le patient seul sent cette odeur mais pas les autres personnes: ce peut être une infection profonde que le patient est seul à sentir, ou cela peut être un trouble neurologique hallucinatoire.

Comment savoir soi-même si on a mauvaise haleine?
Le patient ne sent généralement pas son odeur car son odorat y est « habitué ».
Il existe un appareil, l’halimètre, qui mesure la quantité de gaz soufrés dans l’haleine, et qui donne donc une mesure objective. Depuis peu il a été mis en vente en pharmacie un petit testeur d’haleine: KissMe®.

2-PRINCIPALES CAUSES DE L’HALITOSE

2-1. CAUSES LOCALES

  • La sphère bucco-dentaire, par manque d’hygiène est la cause première, même chez des personnes qui se brossent régulièrement les dents mais qui, nous l’avons vu,  ont besoin de techniques complémentaires  plus poussées.
    Le non brossage régulier de la langue peut être une source de mauvaises odeurs. Les maladie des gencives, gingivites, parodontites.
    Il faut tester tous les points de contact au fil de soie et sentir l’odeur du fil. Vérifier toutes les prothèses fixes ou mobiles en passant des brossettes en dessous et en sentant l’odeur.
    La langue sale peut donner de mauvaises odeurs, la langue blanche est souvent signe de reflux gastrique qui donne des effluves malodorantes.
    Les dermatoses de la muqueuse buccale, en particulier les mycoses.
    La présence de quantité excessive de tartre, les gingivites chroniques ou aiguës (Gingivite ulcéro-nécrotique), toutes les parodontopathies, les difficultés ou accidents de dentition (en particulier des dents de sagesse), les caries non traitées et les infections chroniques ou aiguës des dents.
    Le manque de salive, ou hyposialie, dû à la prise de certains médicaments ou à l’âge sont les causes les plus fréquentes de mauvaise haleine. Les infections aiguës ou chroniques des glandes salivaires, ainsi que les calculs salivaires.
    La plupart des suites post opératoires (alvéolite, greffe de gencive) donnent une mauvaise haleine.
  • La sphère O.R.L, sinusites et amygdalites dégagent de mauvaises odeurs. Il faut toujours faire un contrôle des amygdales et des sinus par un ORL. Une mention toute particulière est à accorder aux amygdales: amygdalites et amygdales caséeuses, sont une des principales causes de mauvaise haleine.

    Amygdales caséeuses (allodocteur.fr).
    Amygdales caséeuses (allodocteur.fr).
  • La sphère gastro-œsophagienne et digestive,

    – Œsophagite, Diverticulose œsophagienne, Gastrite , Reflux gastrique, Hernie hiatale, cancer de l’estomac.  Voir ICIRGOReflux Gastro Œsophagien (RGO creapharma.ch)

    Helicobacter pylori.
    Il faut accorder une attention toute particulière, à la présence dans la muqueuse gastrique d’Helicobacter Pylori. Cette bactérie, pour pouvoir survivre dans le milieu très acide de l’estomac, sécrète de l’ammoniac qui a une odeur très forte et donne une halitose très prononcée. Il existe d’ailleurs un test respiratoire très fiable (HELI-KIT) qui permet de détecter l’uréase, enzyme qui catalyse la réaction de transformation de l’urée en dioxyde de carbone et ammoniac. On peut ainsi détecter la présence d’Helicobacter Pylori dans l’estomac. Cette bactérie est responsable de pratiquement toutes les pathologies gastriques.
    La majorité des cas d’halitose persistante et rebelle est due à l’infection par cette bactérie, et il y a 7% d’échec de la thérapeutique par antibiotiques multiples associés.
    Des produits naturels sont aussi utilisés dans le traitement du HP: de l’extrait de pépins de pamplemousse et de la résine de mastic.
    – Constipation chronique: la stase prolongée de matières fécales dans les intestins peut provoquer une accumulation  de gaz fétides qui passent dans le sang et qui sont plus ou moins bien métabolisés par le foie et ensuite éliminés par les poumons.

    2-2. CAUSES GÉNÉRALES

L’alimentation très carnée favorise la mauvaise haleine, à cause des dérivés soufrés contenus dans les protéines.
 – L’insuffisance cellulaire hépatique donne donc aussi une très mauvaise haleine.
L’insuffisance rénale
– L’intolérance au gluten est une cause très méconnue mais relativement fréquente qu’il ne faut pas oublier de rechercher.
– Les pneumopathies et les poumons, peuvent être en cause, des vapeurs peuvent être éliminées: les alcooliques éliminent l’alcool par la respiration (voir alcootest) et l’absorption de certains médicaments, comme par exemple les vitamines B, donnent à l’haleine une odeur proche de celle de l’ail.
L’alimentation riche en ail, oignon et épices est souvent en cause.
– Le diabète mal compensé fait éliminer par les poumons un gaz à forte odeur de pommes pourries (haleine cétonique).
Les suppositoires d’eucalyptol donnent une odeur, plutôt agréable, d’eucalyptus à l’haleine.

3. EXAMEN CLINIQUE DU PATIENT

Il faut commencer par les choses simples et qui doivent être faites de toutes façons.
– Un examen clinique complet de la bouche peut déjà être révélateur, le tartre par exemple sent très mauvais. Une mycose se voit. Une infection des amygdales aussi. Et comme je le disais, les différentes odeurs peuvent orienter. Les accidents d’évolution des dents de lait ou des dents définitives, surtout des dents de sagesse, sont souvent des causes d’halitose chez les enfants et les adolescents.
Tester avec du fil de soie et des brossettes interdentaires les points de contact douteux et sentir l’odeur.
Une langue chargée peut être révélatrice d’un reflux gastrique.
Palpation des glandes salivaires:  Il faut appuyer sur la parotide et recueillir avec un coton tige la salive qui sort au canal de Sténon et sentir. Même chose avec la glande sous maxillaire et le canal de Wharton (voir: ICI).

– Faire une radiographie panoramique complétée de quelques petits clichés en cas de nécessité. On peut déjà détecter des caries, des lésions osseuses parodontales ou endodontiques, des dents incluses ou en désinclusion, des différences de transparence des sinus. En cas de doute demander des radiographies des sinus.  Une communication bucco-sinusienne peut ne pas être visible en bouche et apparaître à la radio. J’ai vu de poches parodontales supérieures communiquer avec le sinus.

– Demander une consultation chez un ORL.
Détecter une rhinite allergique chronique, des amygdales cryptiques, une sinusite ethmoïdale cachée…Le patient peut être atteint de cacosmie objective ou subjective (voir: ICI).

– Demander une consultation chez un gastro-entérologue.
Une langue blanche ou des symptômes comme une toux sèche le matin au réveil doivent y inciter.
Il ne faut pas simplement demander s’il y a un reflux gastrique: il faut demander une recherche complète pour un diagnostic étiologique d’une halitose. Au médecin de décider s’il doit faire une fibroscopie, un prélèvement biopsique, une recherche d’hélicobacter…etc…Ces examens peuvent se révéler négatifs et l’halitose être quand même d’origine gastrique! Il n’est pas nécessaire d’avoir une hernie hiatale pour avoir un reflux gastrique.
Il peut y avoir une diverticulose œsophagienne.
On peut jouer les Dr.House et  prescrire des traitements test (à condition de ne pas tuer le patient!). N’oublions jamais un des préceptes de base de la médecine « primum non nocere », d’abord ne pas nuire.
Par exemple prescrire un IPP (Inhibiteur de la Pompe à Protons)pendant 14 jours, qui bloque les sécrétions acides, pour voir si l’halitose s’atténue: ésoméprazole ( INEXIUM®) ou oméprazole ( MOPRAL®).
On peut essayer de traiter une constipation chronique…pour voir…

La limite entre le diagnostic et le traitement devient à partir de là un peu difficile…

4. LE TRAITEMENT EST ESSENTIELLEMENT ÉTIOLOGIQUE: il faut supprimer la cause.

L’infection.
Ce sont surtout les bactéries anaérobies qui dégagent de mauvaises odeurs. Et par définition, elles n’aiment pas l’oxygène: on peut donc prescrire des bains de bouche à l’eau oxygénée pendant quelques temps (ou le bain de bouche DENTEX® de Colgate). Des bains de bouche antiseptiques aussi. Le PROPOLIS en spray aqueux donne souvent de bons résultats.
Pour le caséum, des sprays désinfectants donnent de très bons résultats.
Pour les mycoses, les bains de bouche au bicarbonate de sodium sont préférables à l’eau oxygénée. Et évidemment un traitement antimycosique.
Il faut lutter contre la sécheresse buccale en buvant beaucoup d’eau et en cas de nécessité avec des médications qui activent la salivation.

Le travail en bouche commence bien sûr par ce qui doit être fait de toutes façons: l’établissement d’une hygiène dentaire extrêmement rigoureuse, avec usage d’un grattoir à langue tous les jours. Voir  ICI .
On pratique un détartrage surfaçage très soigneux de toute la denture. Voir  ICI .
Contrôle de toute prothèse fixe ou mobile. La résine des prothèses mobiles anciennes devient poreuse et favorise la rétention bactérienne et les mycoses. Vérification de tous les points de contact au fil de soie et correction si nécessaire.
Il faut une grande participation du patient car on va lui demander de changer son hygiène de vie et son alimentation: arrêt du tabagisme, diminution de la consommation de boissons alcoolisées, établissement d’un régime alimentaire sain, avec moins de viandes et plus de fruits et légumes. Voir  ICI . Faire les tests de l’élimination du gluten de l’alimentation.
En cas de sécheresse buccale, prescrire un sialologue: teinture de Jaborandi ou SULFARLEM®S25 ou PYLOCARPINE. Voir  ICI . L’avantage du SULFARLEM® est d’activer aussi le transit intestinal, donc de lutter en même temps contre la constipation .
On peut essayer de prescrire la SPIRAMYCINE seule pour savoir si ça vient des glandes salivaires…
En cas de présence avérée d’Helicobacter Pylori, un traitement antibiotique séquentiel spécifique doit être établi (voir ICI).
Il demeure pourtant des cas (10%) où l’Helicobacter Pylori échappe à tous les tests, et je pense que cela vaut la peine dans les cas non résolus d’halitose, de tenter le traitement contre l’Helicobacter.
Pour le reflux gastrique, sans présence d’hélicobacter, la prescription d’antiacides types IPP est indispensable et peut être accompagnée au début, de MAALOX ou GAVISCON pour obtenir un résultat plus rapide qui motivera mieux le patient.

La phytothérapie propose aussi des solutions pour un traitement symptomatique, mais qui n’agit pas sur la cause:la menthe poivrée, le thé vert, le persil,  le clou de girofle ont un effet désodorisant. Remplacer le café par du thé vert.
Comme cela a été dit, l’extrait de pépins de pamplemousse et la résine de mastic donnent des résultats contre l’Hélicobacter Pylori.
Le jus de citron, et l’artichaut, ont des effets bénéfiques sur le foie; le fenouil et la badiane  favorisent une bonne digestion.
Les suppositoires d’EUCALYPTOL parfument l’haleine à l’eucalyptus.

L’homéopathie a certainement des solutions à proposer, mais comme je n’y connais rien, je ne permettrais pas de donner des conseils en ce domaine.

Il faut être tenace et recommencer en cas d’échec, mais je dois avouer que j’ai quand même rencontré quelque cas réfractaires, que je n’ai pas réussi à résoudre, faute d’arriver à trouver la cause.

Je conclurai en disant qu’il faut banaliser et déculpabiliser l’halitose, voir peut être les choses avec plus d’humour, qui comme toujours sauve! C’est une maladie comme n’importe laquelle, pas plus honteuse qu’une autre, et qui, pour empoisonnante qu’elle soit, n’est pas mortelle.



Article précédentCOMMENT FORTIFIER LES GENCIVES FRAGILES?
Article suivantRESORPTION RADICULAIRE POST OPÉRATOIRE/ un cas clinique.
Dr. Albert Hauteville
Albert HAUTEVILLE Né le 17 Octobre 1935 . Chirurgien Dentiste diplômé de la Faculté de Médecine de Paris (Ecole Odontologique de Paris) en 1960, durant une période courte où les dentistes étaient formés par la faculté de Médecine et avaient la possibilité facultative de suivre en même temps les cours de médecine, ce qu'il a fait. Docteur en Chirurgie Dentaire. Docteur en Sciences Odontologiques. Certificat d'Enseignement Supérieur en parodontologie Diplômé Universitaire en Chirurgie Buccale de Paris V. Diplômé Universitaire en Parodontologie de Paris VII. Ex-Assistant à la Faculté de Chirurgie Dentaire de Paris V. Ex-Assistant en Odontologie des Hôpitaux de Paris. Titulaire du Diplôme d'Etudes et de Recherches en Sciences Odontologiques. Ex Chargé de cours au Diplôme Universitaire d'Implantologie Paris V .Ex-enseignant auprès des écoles d’Assistantes Dentaires et d'Infirmières. Ex-Expert auprès de la Sécurité Sociale. Ex-Chef de Service de Parodontologie à l'Institut Eastman de Paris. Ex-Attaché de Consultation au Service de Stomatologie de l'Hôpital Ste.Anne à Paris. A fait des stages de formation en occlusodontie avec le Pr. JANKELSON et avec et le Pr. RAMFJORD. Co-auteur et responsable de publication du livre publié en 1989 en français et en italien, aux Editions Masson : "Manuel d'Odontologie Chirurgicale"(épuisé). Retraité depuis 2001. Service Militaire 1960-62 en temps qu'officier de réserve du Service de Santé. A exercé à Paris pendant 38 ans, et depuis 1976 exclusivement la stomatologie, à l'exclusion de toute prothèse ou soins dentaires: c'est à dire surtout la Chirurgie Buccale, Pathologie et Thérapeutiques, Parodontologie et Implantologie. A fait 18 ans de psychanalyse personnelle et des formations en hypnose, sophrologie, training autogène, Gestalt-thérapie, bio-energie, sexologie, et dynamique de groupe. Son fils Jean Philippe Hauteville, Prothésiste Conseil, apporte sa collaboration à la réalisation de ce blog, au niveau de tout ce qui concerne la prothèse dentaire. Le Dr. Hauteville, retraité depuis 2001 souhaite mettre ses connaissances et son expérience à la disposition de tous ceux qui le désirent, professionnels ou grand public, et répondre aux questions que voudront poser les lecteurs directement sur le blog. Publier des articles, regroupant les réponses aux interrogations des patients durant 40 ans, et des cours pour les étudiants en odontologie rendus accessibles à tous.

4 COMMENTS

  1. Bonjour, super article très concret ! Ah ça fait du bien !
    Je confirme que le propolis est efficace ! (Utiliser une pâte ou autre, au propolis pur, car ce dernier peut tâcher ls dents si l’on ne frotte pas juste après, ce qui est dommage car c’est pas mal de trouver un produit à laisser agir sans forcément rinçer…
    Le brossage 1 ou 2 fois /sem avec du bicarbonate est également très efficace ( + dents plus nettes) Essayer de choper du bicarbonate fin (compagnie du bicarbonate, mais d’autres aussi probablement), et y aller tranquille (une fois j’ai voulu faire un décapage…Eh bien la sensation après était assez désagréable pendant 2 jrs). Gratter la langue avec du bicarbonate cela fonctionne bien + 1 goutte de citron = efficace. L’origan (herbe épice) donne aussi une amélioration (digestif en +). Manger en effet + de fruits après un repas cela fonctionne, par exemple lorsque l’on est à l’extérieur, une pomme c’est parfait ! (Perso j’ai arrêté la viande depuis quelques mois, et ouf…Mais c’est vrai que c’est pas facile forcement de suite…)
    Et je découvre le pépin de pamplemousse, et si l’on se tient à le prendre bien tous les jrs pendant minimum 1 mois, je sens que cela améliore la résistance en général, mais il faut être assez régulier, pas juste quelques gouttes 1 fois tous les 4 matins. C’est une cure/traitement, et passé la contrainte de bien y penser, l’on peut éviter dans « certains cas », sauf trop graves, de devoir prendre un antibiotique ou autre médicament.
    J’ai découvert aussi que le lait d’amande me soulage quasi directement lors de remontées acides…
    Les bananes également. Voilà, si cela peut servir peut être à d’autres 😉 Merci, car ce blog prend bien en compte l’ensemble des causes des maux de dents (et autres) et les diverses possibilités d’y remédier.
    J’ajoute le stress qui crée des symptômes de par les déréglements qu’il engendre, et je sais que vous le savez probablement. Donc tenter d’agir sur celui si. Le millepertuis est vraiment efficace (selon état psy) si l’on ne souhaite pas prendre de médicaments et surtout ! Si l’on n’en prend pas déjà, sinon, il faut absolument en discuter avec un Dr ayant prescrit le traitement (il peut y avoir de graves interactions, aussi liées à l’auto-médi). Le passiflore, valériane, lavande, melilot* ( *sauf souci hépatique, et certains traitement pris pour soucis cardiaques, il semble pour celle-ci) et l’aubépine sont les plantes détentes de base. Et en n°1 tenter d’agir sur son sommeil… car ce déréglement va venir faire barrière sur tous les soins apportés, que ce soit physique ou psy. J’ai dépensé de l’argent en bon produits naturels, mais je dormais toujours tard le soir, et parfois trop tard aussi le matin, puis j’ai décidé de me forcer à dormir au mieux: plus tôt le soir, et quoi que même fatiguée le matin : me lever à la même heure tout de même (très dur au départ), puis viens l’habitude, puis le corps se remet d’abord doucement, puis c’est comme si des mises à jour pouvaient se faire réellement, et les soins deviennent plus efficaces. je me permets d’en parler, car les troubles du sommeil affectent tellement le corps (et comme l’on n’a pas besoin de ça en plus…) Si le travail empêche de se coucher avant minuit (la règle) ou de se lever régulièrement (ce qui est plus faisable), alors dès qu’un moment le permet, faire une sieste de pas + de 20 minutes et se forcer à se réveiller de cette sieste, sinon, c’est pire de chez pire ! (C’est une petite mise à jour, en gros). Nous sommes des versions organiques de l’informatique 😉 Bon, ceci sera mon seul commentaire si long ! sorry Dr Hauteville, mais vos articles sont tellement concrets, que cela me donne envie de donner mon retour, mais là j’ai fait un package je crois… 😉 PS: Merci pour l’idée du grattoire à langue ! Grattoire + bicarbonate = haaaaaaah !

    • Merci à vous pour ce témoignage très complémentaire: je pense que cela intéressera tout le monde!

  2. Je commence par dentiste,stomatologue. Test du salive et radio panoramique ras. Gastro-intestinales plusieurs eczéma plus coloscopie test 2 caméra dans la boucle est d’ans les duadom ou chez pas quoi les tistin ext.ras. Une dizaine fois rhinoscopie irm radio ext.ras. Poumons ras radio et fibroscopie ras.je passer mem un petscan ras. Plusieurs clinique hôpital de luxe entre parenthèse ras. Opération dû abidal. Deux fois opération du nez, opération dudent sagesse, des kilo des médicaments 30 t’en de doctor différents riens fait. De puis des années je une mh. Moi je prend le odeur du mon haleine horrible. Tout le temps la bouche bizarre rocoulment nasal dans la gorges. Ma vie sociale ? C’est quoi ça déjà

LEAVE A REPLY