Accueil PEDODONTIE.DENTS DES ENFANTS. DENTS DE LAIT ET DENTS DÉFINITIVES: LA PÉDODONTIE.

DENTS DE LAIT ET DENTS DÉFINITIVES: LA PÉDODONTIE.

1274
6

Un commentaire récent sur les dents des enfants m’a fait remarquer qu’il manquait un article bien complet et étoffé sur le sujet. J’ai donc décidé de refaire une synthèse complétée et remise à jour sur ce thème. Avec mes 5 ans de recul du blog, j’ai plus d’expérience pour savoir ce qui préoccupe le plus mes lecteurs et surtout lectrices(!).

Dates d’évolution des dents chez les enfants.
Comme je l’ai déjà dit, le terme de dentition s’applique à la poussée et la mise en place des dents sur les arcades dentaires.  Il y a une première dentition et une deuxième dentition. De l’âge de 6 mois à 2 ans poussent 20 dents de lait ou dents temporaires, qu’on appelle aussi « dents lactéales », et de 6 à 18 ans les 32 dents définitives. Le bébé naît déjà avec ses 52 germes de dents en place.
Ce sera pour moi l’occasion de répéter une fois de plus aux mères angoissées, que les dates d’évolution des dents sont très imprécises, elles sont établies à partir de moyennes mais il peut y avoir des écarts de plusieurs mois sans qu’il y ait lieu de s’alarmer

Nomenclature.
Il y  a 20 dents de lait et les quadrants portent les numéros 5 en haut à droite, 6 en haut à gauche, 7 en bas à gauche et 8 en bas à droite. Il y a 5 dents lactéales dans chaque hémi-arcade, numérotées de 1 à 5: 2 incisives, 1 canine et 2 molaires. Comme exemples, l’incisive supérieure droite est identifiée par le n° 51, la deuxième molaire supérieure gauche par le    n°65, la canine inférieure gauche par le n°73, et l’incisive latérale droite par le n° 82.

Le pédiatre est le médecin spécialisé qui soigne les enfants de la naissance jusqu’à l’adolescence, on établit généralement la limite à 16 ans.
Le pédodontiste est le chirurgien dentiste spécialisé qui soigne les enfants, en principe de la première dent de lait jusqu’à l’évolution de la deuxième molaire définitive qui pousse à 12 ans. En réalité, il est pratiquement impossible de soigner un enfant avant l’age de 3 ans, sauf dans certains cas d’accidents sur les dents de lait, ou de caries très précoces avec le syndrome du biberon.
Les enfants suivis chez les pédodontistes continuent souvent jusqu’à 16 ans car ils sont plus en confiance avec le praticien dont ils ont l’habitude.
La plupart des pédodontistes sont actuellement formés et équipés pour soigner les enfants sous gaz MEOPA, ce qui évite les anesthésies générales répétées. Les locaux, le matériel et le personnel sont adaptés aux enfants afin de ne pas les traumatiser et que les soins soient faits dans les meilleures conditions possibles.

Dans l’idéal, il faudrait montrer l’enfant à un pédodontiste dés l’âge de 1 an, pour vérifier les freins ou toute anomalie. En fait cette séance a pour but surtout d’établir le contact entre l’enfant et le domaine dentaire et d’informer les parents.
Le brossage des dents doit commencer dès l’apparition des dents, pour familiariser l’enfant avec ce geste, même si au début il est inefficace. Des brosses à dents ludiques et des dentifrices spéciaux à bon goût sont disponibles dans le commerce.
A partir de 2 ou 3 ans, on devrait commencer à faire des contrôles tous les 6 mois, même s’ils sont inutiles, pour habituer l’enfant à prendre soin de ses dents.

A partir de 6 ans apparaissent les premières dents définitives et si les sillons semblent infiltrés, il peut être très intéressant de poser des ciments scellants pour boucher les fissures qui, sans être encore des caries, seront les points faibles pour la pénétration carieuse. Cela se fait sans utilisation de la « roulette » et sans anesthésie. C’est très efficace, je l’ai fait à mes enfants il y a 40 ans et les résultats sont excellents.
téléchargement

(photo Centre Martin Dutil). A gauche la dent traitée.
La technique consiste à faire un mordançage de l’émail avec de l’acide phosphorique ou citrique, et ensuite couler une résine dans les sillons pour boucher les fissures et les rendre imperméables à la plaque bactérienne, donc protégés de la carie.
Cette séance simple et non traumatisante donne une première approche favorable avec les soins dentaires.

LES TRAUMATISMES.

Mon expérience professionnelle s’enrichit tous les jours avec ce blog, et je me rends compte maintenant  que la plus grande partie des questions que je reçois pour les enfants concernent les chocs sur les dents et donc la traumatologie infantile.
Dès 6 mois, un enfant peut tomber et recevoir un choc sur les dents.

Surtout, dans tous les cas de figure, n’oubliez pas de faire une déclaration à votre assurance santé, à votre assureur automobile, à l’assurance scolaire, ou à votre assureur multirisques, posant toutes les réserves en ce qui concerne l’avenir des dents, même si les dégâts immédiats semblent minimes. Les complications peuvent survenir des années après.

Bien évidemment, ce sont les incisives les plus exposées et donc celles qui subissent le plus souvent des chocs.
Dents temporaires.
Bien sûr, les enfants reçoivent beaucoup de chocs, et quand ils commencent à marcher ils ont déjà les 8 incisives en place. Heureusement leur petite taille et leur faible poids font que les chocs sont souvent sans conséquence, mais s’il a une fracture d’un rebord incisif ou un enfoncement d’une dent dans l’os , il ne faut surtout pas minimiser l’accident sous prétexte qu’il s’agit d’une dent de lait. La dent peut se mortifier sous l’effet du choc et provoquer à plus ou moins long terme un abcès. Lors d’un enfoncement, le germe de la dent définitive correspondante peut être endommagé. Il faut donc consulter chaque fois qu’il y a un dommage apparent sur les dents ou s’il y a eu un saignement autour de la dent. Une dent qui devient grise à terme après un choc est une dent en cours de mortification ou déjà mortifiée: il est très important de la soigner avant qu’elle ne se surinfecte. Si vous en avez la possibilité, consultez plutôt un pédodontiste.
En cas de forte mobilité de la dent, il peut être utile de poser une petite ligature ou un collage,  pour  maintenir la fermement en place pendant quelque semaines.
Suivant l’âge de l’enfant, si la dent accidentée est proche de la date de sa chute, il vaut mieux l’extraire plutôt que de prendre le risque de la laisser s’infecter.

Dents définitives. A partir de l’âge de 6 ans, les enfants ont des dents définitives et en particulier des incisives qui sont aussi particulièrement exposées aux chocs.

Luxation totale d’une dent
Lors des accidents de la route et souvent lors des chutes des enfants en skate-board ou en patins à roulette, il n’est pas rare que des dents soient complètement expulsées. Il est très important alors de récupérer la ou les dents et de les mettre à tremper dans du sérum physiologique ou à défaut dans du lait, avec des glaçons. Les secours d’urgence d’ailleurs le font systématiquement maintenant. S’il y a des fractures associées, il est bien évident que le blessé doit être transporté dans un service hospitalier où le problème dentaire sera pris en charge avec l’ensemble des dégâts traumatiques. Mais si le traumatisme est uniquement dentaire, vous pouvez consulter en urgence un chirurgien dentiste qui devrait vous recevoir en priorité ou vous orienter vers un spécialiste en chirurgie buccale.
Suivant l’age de l’accidenté, l’attitude peut être différente. Chez les enfants, on ne peut pas encore poser d’implants, la meilleure solution est la réimplantation de la dent dans son alvéole et la contention avec les dents voisines durant 6 à 8 semaines. Nous savons que les réimplantations faites dans de bonnes conditions marchent mais que le résultat dépend surtout du temps que la dent est restée hors de son alvéole: plus le temps est long et moins il y a de chances de réussite. De toute façons nous savons par expérience que même en cas de réussite, la dent réimplantée ne durera pas plus d’une dizaine d’années: il y aura une rhizalyse progressive et irréversible. Mais l’avantage est d’abord d’avoir maintenu la place, d’avoir gagné 10 ans et d’avoir une hauteur d’os suffisante pour poser un implant,  l’os laissé après rhizalyse étant toujours  très dense.
La dent réimplantée doit être dépulpée et faire l’objet d’un traitement endodontique avant d’être remise à sa place. Il est préférable d’utiliser une pâte à obturation radiculaire résorbable et de ne pas poser de cônes de gutta-percha pour que le matériau accompagne la résorption de la racine.
Fracture coronaire totale
Suivant l’angle du choc et la densité de l’os, la dent peut se fracturer plus ou moins au niveau du collet. Si la fracture est très en dessous du niveau de la gencive, il faut extraire la dent. Si la fracture est un peu en dessous du niveau de la gencive, il faudra envisager une technique d’allongement, soit chirurgicale soit orthodontique. Si la fracture est au ras de la gencive, on pose une dent à pivot provisoire, et on décide ensuite ou non de la pose d’une dent définitive. Mais dans tous ces cas, il faut faire d’abord le traitement endodontique de la dent.

Fracture coronaire partielle

Généralement, il s’agit de la fracture d’un angle incisif: il faudra évaluer la proximité de la pulpe. Si elle n’est pas touchée ou si elle n’est pas trop proche, on fait une reconstitution de la partie coronaire avec un matériau composite ou autre. Si la pulpe est concernée, on peut tenter un coiffage pulpaire et une reconstitution. Si le coiffage échoue ou si la pulpe est trop atteinte, on se retrouve dans l’obligation de dévitaliser la dent et donc à plus ou moins long terme de poser une dent à pivot.

Fracture radiculaire:
La fracture d’une racine, quelle qu’en soit la cause, est irrémédiable et impose l’extraction. Sur une dent pluriradiculée, on peut pratiquer une hémi-section, extraire la racine concernée et conserver le reste de la dent en vue de servir à une reconstruction prothétique.

Comme vous pouvez le constater, les fractures dentaires sont toujours très préjudiciables et à prendre au sérieux. Il est préférable de prendre un certain nombre de précautions, par exemple, ne pas aller aux auto-tamponneuses avec un médaillon lourd autour du cou, ne pas faire de sport violent sans un protège-dents et de prévoir des casques avec mentonnière chaque fois que cela est possible.
Vérifiez que vos contrats d’assurance couvrent les frais dentaires en cas d’accident.

Les soins dentaires  

Les dents de lait se soignent comme les dents définitives sauf en ce qui concerne l’endodontie, car les racines sont destinées à être résorbées par l’évolution du germe de la dent définitive sous-jacente. Il faut donc qu’en cas de traitement radiculaire, la pâte obturatrice puisse accompagner cette résorption.

Le pédodontiste fait généralement les extractions de dents de lait, et souvent les freinectomies  mais parfois pour les interventions plus compliquées, il a recours à un spécialiste en chirurgie.
Extractions des dents de lait, voir:ICI.
Freinectomies, voir: ICI .

Les abcès sur dents de lait sont fréquents, et il faut insister sur le fait que ces dents doivent être soignées au risque d’endommager le germe de la dent définitive. L’abcès sur dent de lait se manifeste le plus souvent par une parulie, voir: ICI.
En ce qui me concerne, je le dis et je le répète: il est hors de question de laisser des dents infectées non soignées dans la bouche des enfants, comme le conseillent certains dentistes partisans du laisser-aller!

Le pédodontiste a aussi la charge de contrôler la bonne évolution des dents et d’orienter vers l‘orthodontiste quand c’est nécessaire. Il doit aussi dépister les retards d’évolution de certaines dents, les dents retenues et les dents incluses, ainsi que les agénésies ou dents surnuméraires. Il doit aussi informer les parents de la nécessité de procéder aux germectomies des dents de sagesse lorsque cela est indiqué.

Normalement, il ne doit plus y avoir de dents de lait en bouche à 12 ans, et le rôle du pédodontiste s’arrête là mais, comme je l’ai dit, beaucoup d’adolescents préfèrent continuer les soins avec le pédodontiste avec qui ils sont en confiance, et cette relation peut être prolongée jusqu’à 16 ans.



Article précédentLA CONTENTION PROVISOIRE OU DÉFINITIVE.
Article suivantLES EXOSTOSES ORO MAXILLAIRES. RÉCAPITULATION N°11
Dr. Albert Hauteville
Albert HAUTEVILLE Né le 17 Octobre 1935 . Chirurgien Dentiste diplômé de la Faculté de Médecine de Paris (Ecole Odontologique de Paris) en 1960, durant une période courte où les dentistes étaient formés par la faculté de Médecine et avaient la possibilité facultative de suivre en même temps les cours de médecine, ce qu'il a fait. Docteur en Chirurgie Dentaire. Docteur en Sciences Odontologiques. Certificat d'Enseignement Supérieur en parodontologie Diplômé Universitaire en Chirurgie Buccale de Paris V. Diplômé Universitaire en Parodontologie de Paris VII. Ex-Assistant à la Faculté de Chirurgie Dentaire de Paris V. Ex-Assistant en Odontologie des Hôpitaux de Paris. Titulaire du Diplôme d'Etudes et de Recherches en Sciences Odontologiques. Ex Chargé de cours au Diplôme Universitaire d'Implantologie Paris V .Ex-enseignant auprès des écoles d’Assistantes Dentaires et d'Infirmières. Ex-Expert auprès de la Sécurité Sociale. Ex-Chef de Service de Parodontologie à l'Institut Eastman de Paris. Ex-Attaché de Consultation au Service de Stomatologie de l'Hôpital Ste.Anne à Paris. A fait des stages de formation en occlusodontie avec le Pr. JANKELSON et avec et le Pr. RAMFJORD. Co-auteur et responsable de publication du livre publié en 1989 en français et en italien, aux Editions Masson : "Manuel d'Odontologie Chirurgicale"(épuisé). Retraité depuis 2001. Service Militaire 1960-62 en temps qu'officier de réserve du Service de Santé. A exercé à Paris pendant 38 ans, et depuis 1976 exclusivement la stomatologie, à l'exclusion de toute prothèse ou soins dentaires: c'est à dire surtout la Chirurgie Buccale, Pathologie et Thérapeutiques, Parodontologie et Implantologie. A fait 18 ans de psychanalyse personnelle et des formations en hypnose, sophrologie, training autogène, Gestalt-thérapie, bio-energie, sexologie, et dynamique de groupe. Son fils Jean Philippe Hauteville, Prothésiste Conseil, apporte sa collaboration à la réalisation de ce blog, au niveau de tout ce qui concerne la prothèse dentaire. Le Dr. Hauteville, retraité depuis 2001 souhaite mettre ses connaissances et son expérience à la disposition de tous ceux qui le désirent, professionnels ou grand public, et répondre aux questions que voudront poser les lecteurs directement sur le blog. Publier des articles, regroupant les réponses aux interrogations des patients durant 40 ans, et des cours pour les étudiants en odontologie rendus accessibles à tous.

6 COMMENTS

  1. Merci pour cet article très complet et très intéressant.
    Le prise en charge des soins dentaires chez les enfants est différente de celle des adultes. Les bambins peuvent aller voir des dentistes qui adapteront leurs soins et surtout qui les rassureront.

  2. Bonjour
    Ma fille de 7 ans 1/2 a une agénesie des secondes prémolaires en haut et en bas (donc 4 dents manquantes). Les prémolaires de lait du haut sont tombées poussées par les molaires définitives mais celles du bas restent. Comme Alice doit commencer un traitement en orthotodontie ce mois ci (palais trop étroit) , l’orthodontiste nous conseille de faire extraire les dents de lait du bas pour éviter plus tard la pause d’implants, pour établir une symétrie haut/bas. (Elle pense que les molaires du bas viendront prendre la place des secondes prémolaires comme elles l’ont déjà fait en haut)
    En espérant la venue des dents sagesse pour compléter l’arcade (elles ne sont pas encore visibles sur la radio). Il pourrait être envisagé la pause d’implants derrière les secondes molaires si les dents de sagesse étaient manquantes.
    Nous sommes un peu réfractaires à l’extraction des dents de lait bien que cette solution globale nous semble la meilleure. Pourriez vous nous donner votre avis ?

  3. Monsieur,
    avant tout un immense merci pour vos conseils et articles particulièrement intéressants pour des parents souvent un peu perdus en la matière.
    Ma fille, âgée de 2 ans et 3 mois, grince régulièrement des dents la nuit. Elle n’a, à l’heure actuelle, jamais consulté de dentiste. Nous lui brossons les dents matin et soir. Elle utilise encore la tétine la nuit mais surtout dans le but de s’endormir puisque généralement elle ne la garde pas le reste de la nuit. De plus, vers l’âge d’un an, elle est tombée sur ses deux dents de devant, les cassant légèrement. Mon inquiétude provient surtout du fait qu’elle grince des dents. Dois-je m’inquiéter et consulter un spécialiste? Si oui, auriez vous des recommandations et adresses à Paris?
    Par avance un grand merci de votre retour et de votre aide.

    Cordialement

    • Tous les enfants doivent consulter un dentiste spécialiste pour enfants dès l’age de 2 ans. Cherchez « pédodontistes »

LEAVE A REPLY