Accueil ANATOMIE BUCCO-DENTO-FACIALE LE RISQUE OPÉRATOIRE ET LES NERFS DE LA MANDIBULE ET DE...

LE RISQUE OPÉRATOIRE ET LES NERFS DE LA MANDIBULE ET DE LA LANGUE.

3290
33

La mandibule est très richement innervée et  le risque opératoire de lésion d’un nerf doit être bien pesé avant de se lancer dans une intervention chirurgicale, car il y a des moyens de se protéger.

Quand j’ai écrit un article sur l’extraction de la dent de sagesse inférieure  incluse horizontale (voir: ICI), j’étais loin de me douter du vent de panique qui souffle sur les praticiens et les patients en ce qui concerne les lésions des nerfs de la mandibule.

Je pense qu’il y a deux raisons à cela:
– 1 Les obligations légales d’information des patients, qui obligent le praticien à détailler le moindre risque, comme dans les notices des médicaments vendus en pharmacie (choc anaphylactique…mort subite!!!…etc…) .
– 2 Les forums sur internet, où comme pour tout, seuls les personnes qui ont des problèmes viennent en débattre, alors que celles qui n’en ont pas ne ressentent pas la nécessité de venir en parler!

Les risques existent, mais il ne sont pas généralisés, il ne sont pas incontournables, et ils ne sont pas si fréquents que cela.

Je vais donc essayer de faire le point sur ce problème.

Nous allons reprendre une vieille habitude, et nous allons commencer par rappeler l’anatomie de la mandibule et de ses nerfs.

Anatomie d'os mandibulaire
Anatomie de l’os mandibulaire

Voyons comment est innervée la mandibule: Toutes les branches sont issues du trijumeau et sont exclusivement sensitives.

innervation-de-la-mandibule-leger2

1- nerf auriculo-temporal
2- nerf mandibulaire
3- nerf lingual
4- corde du tympan
5- foramen mandibulaire
6- épine de Spyx
7- trou mentonnier
8-9- nerf mentonnier et ramifications
10- ganglion de Gasser
11- nerf buccal

Attirons l’attention sur un certain nombre de points de la figure ci dessus:

a)Vue du coté gauche de la face externe de la mandibule:
– en n° 2 le nerf dentaire inférieur a changé de nom, il s’appelle désormais « nerf mandibulaire », il entre dans l’os au foramen mandibulaire(5), passe dans le canal mandibulaire, et en sort au trou mentonnier (7 et 8) où il prend le nom de nerf mentonnier(9) et se subdivise.
b) Vue de la face interne du côté droit de la mandibule (côté gauche sectionné et retiré):
– en n° 3 le nerf lingual chemine hors de l’os, dans l’épaisseur de la muqueuse, en lingual des dents et se ramifie plus tôt que sur ce dessin. Il innerve une grande partie de la langue.

Il en résulte, que les trois nerfs qui nous concernent le plus sont: le nerf mandibulaire, le nerf lingual et et le nerf mentonnier, qui sont tous issus du nerf trijumeau (voir ICI). Le trijumeau est un nerf exclusivement sensitif.

Le nerf mandibulaire, (anciennement « nerf dentaire inférieur » nouvellement « nerf alvéolaire inférieur).
C’est un nerf assez gros qui chemine dans un tunnel osseux en dessous des prémolaires et molaires inférieures. Tout ce qu’on fait sur ces dents est susceptible d’avoir une incidence sur le nerf mandibulaire. Il envoie des ramifications pour innerver chaque dent et passe très près des racines des dents de sagesse.
Sur les clichés panoramiques, le canal mandibulaire est visible et on peut déjà évaluer le risque d’une intervention sur une dent de sagesse par exemple.
Voici une radiographie panoramique intéressante:

Canal mandibulaire bien visible, bas dans l'os mandibulaire, loin des racines dentaires.
Canal mandibulaire bien visible, bas dans l’os mandibulaire, loin des racines dentaires.

Une dent de sagesse, incluse ou pas, peut être très proche du nerf mandibulaire.

Là le canal passe au ras des racines, mais l'extraction de la dent de sagesse n'endomagera pas le nerf.
Là, le canal passe au ras des racines de la dent de sagesse , mais l’extraction de la dent  n’endommagera pas le nerf.

A ce niveau, la mandibule est épaisse, et le canal mandibulaire peut être en avant, en arrière ou sur le nerf mandibulaire.
Sur un cliché panoramique le cliché et en dehors de la mandibule, donc en vestibulaire des dents: ce qui apparaît comme plus proche du film est donc vestibulaire.

Sur ce cliché panoramique, les racines de 38 sont plus nettes que le canal mandibulaire, elles sont donc plus vestibuaires
Sur ce cliché panoramique, (vestibulaire) les racines de 38 sont plus nettes que le canal mandibulaire, elles sont donc plus vestibulaires et le canal passe en lingual (doctissimo).

Sur un cliché rétroalvéolaire, le film est en lingual: ce qui apparaît plus net est donc lingual.

La racine de cette 38, est plus nette que le canal madibulaire sur ce cliché rétroalvéolaire: elle est donc liguale par rapport au canal (eugenol.com)
La racine de cette 38, est plus nette que le canal madibulaire sur ce cliché rétroalvéolaire (lingual): elle est donc linguale par rapport au canal (eugenol.com)
Sur ce cliché retraalvéolaire, la 48 est au même plan que le canal mandibulaire, le longe mais ne le pénêtre pas (otro-lanion.fr)
Sur ce cliché rétroalvéolaire, la 48 est au même plan que le canal mandibulaire, le longe mais ne le pénêtre pas (otro-lanion.fr)

En cas de doute, il faut faire un scanner. La lecture du scanner est beaucoup plus compliquée et fera l’objet d’un article séparé car il faut trouver des clichés dont je ne dispose pas actuellement.
Le seul moyen de protéger le nerf mandibulaire est de bien analyser les clichés avant l’intervention pour bien situer sa position par rapport à la dent à extraire. En cas de doute, il faut fractionner la dent et séparer les racines, puis les sortir une par une dans la direction qui aura été établie avec les clichés radiographiques.

Le nerf mentonnier.
Il est la continuation du nerf mandibulaire après sa sortie au trou mentonnier. Il y a un gros paquet vasculo-nerveux qui sort à ce niveau et qui est très vulnérable: le meilleur moyen de ne pas le léser est de le mettre à nu, de le visualiser et de bien montrer à l’aide opératoire où il se trouve pour ne pas le déchirer avec l’écarteur. Il est plus facile à éviter car visible et il existe des écarteurs spéciaux pour le protéger.

Le nerf lingual.
Il chemine dans l’épaisseur de la muqueuse linguale, il est donc contre-indiqué de faire des traits de décharge verticaux en lingual des dents inférieures. Chaque fois que ce sera possible, on optera pour un lambeau à décollement cervical sans trait de décharge vertical. En cas de nécessité le trait de décharge sera déporté le plus en avant possible, là où le nerf est déjà ramifié en plusieurs branches.
Lorsqu’une dent de sagesse inférieure se trouve en position linguale, on fait une incision le long de la crête et on décolle avec le périoste en lingual de façon à récliner le nerf avec la muqueuse. On le protège ensuite avec un écarteur lame type Sorensen.

Ecarteur de Sorensen (medicalexpo.fr).
Ecarteur de Sorensen (medicalexpo.fr).

Innervation de la langue.

Nerfs moteurs:
Tous les muscles de la langue sont innervés par le Grand Hypoglosse (XII) sauf le palato-glosse innervé par la partie vagale du plexus pharyngien (IX Glossopharyngien).

Nerfs sensitifs:
La partie postérieure de la langue, et l’épiglotte sont innervées par une branche du pneumogastrique (X) le nerf pharyngé supérieur.
La base de la langue est innervée par le pneumogastrique (X).
Le plus grande partie est innervée par le lingual, branche du mandibulaire issu du trijumeau (V).

Nerfs sensoriels (goût):
Innervation par le Glossopharyngien (IX) et la corde du tympan, branche du facial (VII).

Normalement dans notre pratique courante, ces nerfs ne sont pas exposés à des accidents.

Pour la chirurgie maxillo-faciale, tous les nerfs cités dans cet article peuvent être touchés, mais les risques sont calculés et les techniques opératoires les mettent à jour pour les protéger.

Lire aussi: ICI!



Article précédentLA TÉTINE ET LES DENTS.
Article suivantLA PATHOLOGIE SPÉCIFIQUE DE LA BOUCHE. RÉCAPITULATION N°1 .
Dr. Albert Hauteville
Albert HAUTEVILLE Né le 17 Octobre 1935 . Chirurgien Dentiste diplômé de la Faculté de Médecine de Paris (Ecole Odontologique de Paris) en 1960, durant une période courte où les dentistes étaient formés par la faculté de Médecine et avaient la possibilité facultative de suivre en même temps les cours de médecine, ce qu'il a fait. Docteur en Chirurgie Dentaire. Docteur en Sciences Odontologiques. Certificat d'Enseignement Supérieur en parodontologie Diplômé Universitaire en Chirurgie Buccale de Paris V. Diplômé Universitaire en Parodontologie de Paris VII. Ex-Assistant à la Faculté de Chirurgie Dentaire de Paris V. Ex-Assistant en Odontologie des Hôpitaux de Paris. Titulaire du Diplôme d'Etudes et de Recherches en Sciences Odontologiques. Ex Chargé de cours au Diplôme Universitaire d'Implantologie Paris V .Ex-enseignant auprès des écoles d’Assistantes Dentaires et d'Infirmières. Ex-Expert auprès de la Sécurité Sociale. Ex-Chef de Service de Parodontologie à l'Institut Eastman de Paris. Ex-Attaché de Consultation au Service de Stomatologie de l'Hôpital Ste.Anne à Paris. A fait des stages de formation en occlusodontie avec le Pr. JANKELSON et avec et le Pr. RAMFJORD. Co-auteur et responsable de publication du livre publié en 1989 en français et en italien, aux Editions Masson : "Manuel d'Odontologie Chirurgicale"(épuisé). Retraité depuis 2001. Service Militaire 1960-62 en temps qu'officier de réserve du Service de Santé. A exercé à Paris pendant 38 ans, et depuis 1976 exclusivement la stomatologie, à l'exclusion de toute prothèse ou soins dentaires: c'est à dire surtout la Chirurgie Buccale, Pathologie et Thérapeutiques, Parodontologie et Implantologie. A fait 18 ans de psychanalyse personnelle et des formations en hypnose, sophrologie, training autogène, Gestalt-thérapie, bio-energie, sexologie, et dynamique de groupe. Son fils Jean Philippe Hauteville, Prothésiste Conseil, apporte sa collaboration à la réalisation de ce blog, au niveau de tout ce qui concerne la prothèse dentaire. Le Dr. Hauteville, retraité depuis 2001 souhaite mettre ses connaissances et son expérience à la disposition de tous ceux qui le désirent, professionnels ou grand public, et répondre aux questions que voudront poser les lecteurs directement sur le blog. Publier des articles, regroupant les réponses aux interrogations des patients durant 40 ans, et des cours pour les étudiants en odontologie rendus accessibles à tous.

33 COMMENTS

  1. Bonjour Docteur,
    Avant tout, et comme de nombreuses personnes l’ont fait avant moi, merci de partager tout votre savoir. Ce site est une mine d’informations.

    Pourtant, je n’arrive pas à surmonter 2 de mes nombreuses peurs.
    Je dois me faire extraire les 4 dds sous AG.
    J’ai peur de deux choses : qu’un nerf soit lésé (d’où mon post ici) et que ma mâchoire soit ouverte plus que de raison (laissant des séquelles qu’elles qu’elles soient).
    Peut-être pouvez m’en dire plus sur l’angle d’ouverture lors d’une opération sous AG ?
    Pour les nerfs, pourriez vous me donner votre avis via une radio ?

    Merci par avance.
    Cordialement,

    • En ce qui concerne l’ouverture, tout dépend du praticien: c’est à lui et à l’anesthésiste de savoir quelles sont les limites raisonnables pour chaque personne car il n’y a pas de règle en la matière; mais les accidents sont très rares je n’ai personnellement jamais eu ce genre de problème.
      Envoyez moi des radios sur « DR.H@conseildentaire.com »avec vos questions.Les radiographies numériques peuvent être envoyées directement par mail. Les radiographies sur support argentique doivent être photographiées en les fixant sur une vitre bien éclairée: horizontales D ou R à gauche, G ou L à droite et envoyées par mail .

      • Bonsoir,
        Je sais que mon message n’a aucun rapport avec cet article, mais je ne savais pas où poster.
        Je fais donc suite à mon premier message.
        Je me suis fait extraire les 4 dds (il y a 7 jours).
        Mais voilà, le dégonflement se faisant, je vois maintenant le site d’intervention et une chose m’effraie, en bas, une des deuxième molaire est à moitié recouverte par la gencive qui se « détache ».
        Est-ce « normal » ?

        Merci d’avance pour votre temps.

  2. Bonjour Docteur,
    merci d’avance pour ces infos. pratiques et rassurantes.
    voila mon souci; je suis passé chez mon dentiste samedi matin 07/02/2015 pour la pose d’un implant direct après extraction ( de la dent infecté ).
    tout s’est bien passé pendant l’intervention sous anesthésie local, mais je l’ai entendu changer d’avie sur la longueur de la vis et donc de forage, passant de 13mm à 11mm pour la vis d’implant.
    ah aussi , j’ai resenti une petite décharge à un moment lors de l’intervention, venant sans doute d’un nerf.
    à la fin de l’intervention, il m’a dit qu’il était à 1mm du nerf.
    -> à la sortie du cabinet et la fin de l’anesthésie, j’ai une sensation d’engourdissement sur le menton inférieur droit et la lèvre inférieur droite sensation de froid et de démangeaisons.
    -> il m’a appelé pour prendre de mes news, et m’a un peu rassuré en me disant que c’est peu être lié à une pression temporaire sur le nerf… et d’attendre voir mercredi, en prenant bien les médicaments..

    Merci par avance si vous pouvez m’éclairer un peu sur tout ça.
    Cordialement,

    • Mercredi vous en saurez plus, en l’absence de radio, je ne peux pas donner mon avis mais son hypothèse de compression est valable. Au pire des cas, s’il est trop près du nerf, il lui suffira de dévisser l’implant dun 1/4 ou 1/2 tour.

  3. comment puis-je formuler la question à mon dentiste afin d’avoir les radios, car il les a sur son ordinateur !
    ce que je pourrais peu être faire est de photographier son écran… !

  4. je viens de tomber sur ce post ; «  »RECLAMEZ VOS RADIOS!!! » » parfait .

    «  »On ne peut pas refuser de vous donner vos radios: elles vous appartiennent du moment que vous les avez payées!!!

    C’est très mauvais signe si on ne veut pas vous remettre les radios: signe qu’on a quelque chose à cacher.
    Quel que soit le type de matériel ou le type de radio, il y a toujours un moyen d’en faire une copie et de vous la remettre. On ne peut pas vous répondre : « nous ne sommes pas équipés pour »!

    Si c’est une radio argentique comme de mon temps, pas de problème on vous la donne.
    Si elle est numérisée: allez y avec une clef USB et demandez une copie. Si on vous la refuse dites que vous allez vous plaindre à la Sécurité Sociale qu’on vous facture une radio qu’on ne peut pas vous remettre.

    Pour m’envoyer les radios:
    Les radiographies numériques peuvent être envoyées directement par mail sur « DR.H@conseildentaire.com ».
    Les radiographies sur support argentique doivent être photographiées en les fixant sur une vitre bien éclairée en évitant les superpositions de ce qu’on voit par la fenêtre: horizontales D ou R à gauche, G ou L à droite et envoyées par mail.
    Ne m’envoyez jamais de tirages sur papier, ça ne sert à rien.
    Ne m’envoyez pas les comptes rendus, je ne les lis jamais, c’est mon compte rendu qui m’intéresse! Et un compte rendu sans la radio est encore plus inutile.

    Si je vous demande une radio et que vous n’en avez pas, vous pouvez vous en faire faire une chez un radiologue.
    Les radiologues sont médecins et peuvent prescrire leurs propres radios

  5. Bonjour Docteur,

    je reviens vers vous.
    Pour rappel de l’historique: on m’a opéré 4 fois de la dent 38 pour l’extraction ainsi que de ses apex.
    Toutefois j’ai eu de fortes douleurs au niveau de la zone allant de la joue au cou.

    Le stomato après l’opération m’envoie chez le neurologue en disant que le nerf était touché.
    Le Neurologue me fait des ondes magnétiques transcraniennes, malgré ça j’ai encore mal et la zone est toujours inflammatoire et il me dit texto « moi je guéris les nerfs par les zones inflammatoires ».

    Ma derniere opération date du 12 Décembre, et la zone est encore inflammée et gonflée donc 4 mois après.
    Je dois faire un irm car je n’en ai eu aucun..que des tomographies et radios.

    J’aimerais savoir si une zone est infllamée est ce normal ?

    Cordialement

    • Une inflammation post chirurgicale peut durer plusieurs mois. Et la cicatrisation du nerf aussi. Attendez quelques mois avant de faire quoique que ce soit et prenez de la vitamine B1-B6 en cure de 15 jours par mois pendant 3 mois. Voir ICI

  6. Bonsoir Docteur.
    Merci pour vos efforts et pour votre temps.
    J’ai mis un implant sur la dent 36. Le lendemain, ma lèvre et le menton étaient totalement anesthésiés. Apres quelques jours, apres avoir pris le complexe vit B1, 6 et 12 et une corticotherapie, j ai commencé à ressentir des picotements, démangeaisons et chaleur. Une semaine après le geste, mon dentiste a dévissé un peu l implant. Après une amélioration de quelques jours, je sens encore la lourdeur, les démangeaisons, la chaleur…. c’est une sensation désagréable. Au total, c est 3 semaines. Svp Dr, est ce que ces signes sont en rapport avec le rétablissement du nerf ou plutôt un signe d aggravation et de compression du nerf???

  7. s il vous plais … quelles sont les accidents possibles au cours d un traitement implantaire dentaire et est ce que je peu avoir des livres ou des articles qui parlent sur ce sujet ??

    • les implants n’ont pas d’accident spécifiques, ils sont les même que pour toute chirurgie osseuse des maxillaires, très largement développés dans ce blog

  8. Bonjour docteur
    Tout d’abord merci pour vos explications simples et accessibles
    Je dois me faire extraire la dernière molaire inférieure gauche, car suite à une dévitalisation de cette dernière, de la pâte dentaire est passée dans le maxillaire touchant le nerf mandibulaire
    Depuis 5 semaines, j’ai donc la lèvre anesthesiée, de la commissure jusqu’au milieu et descendant jusqu’au menton
    Des morsures fréquentes, des picotements intenses ainsi que des brûlures me rendent insupportables les jours comme les nuits, les gencives et les dents sont également douloureuses ne supportant aucun contact
    Malgré l’utilisation d’antibiotiques et de cortisone, il n’y a pas d’amélioration et ce qui m’inquiète énormement c’est que suite à l’extraction de cette dent, il ne sera en aucun cas question d’aller décoller la pâte fixée sur le nerf mandibulaire car trop de risque de l’endommager
    Le chirurgien compte donc sur l’allègement de la pression une fois la dent extraite …
    Qu’en pensez vous ? Est ce la meilleure solution ? Ai- je des chances de récupérer ma sensibilité et surtout que ces effets désagréables cessent ?
    Merci de vos conseils

    • Oui, je pense que le nerf va récupérer, mais ça peut être long et si les douleurs sont insupportables, je ne sais pas comment on va vous faire patienter. Il y a des chirurgiens qui savent opérer le nerf mandibulaire. Envoyez moi une radio

  9. ce n’est pas un commentaire mais une question que j’ai déjà posé jeudi dernier. J’ai deux implants remplaçant une molaire et son bridge et lors de la pose j’ai eu le nerf abimé car la machoire et la lèvre sont restées avec une sensibilité anormale. Alors que j’avais l’impression d’un effacement de cette différence j’ai eu une très vive douleur au niveau (je crois) des implants.Cela s’était atténué avec une prise de 1g d’aspirine. Cela vient de recommencer et je ne peut voir ma dentiste que mercredi.Des implants peuvent ils générer cette douleur et comment?
    Merci d’une réponse rapide

  10. Bonjour Docteur,
    voici mon souci ; j’ai une dent incluse côté droit dans le trou mentonnier et tout proche du nerf, à quelques millimètres. J’ai vu un stomatologue qui n’a pas pu répondre à mes questions..aujourd’hui je pense que c’est parce que c’était trop complexe pour lui. Un orl qui lui non plus n’a pas su me répondre. Un autre orl qui me dit de façon très rassurée que le service stomato de l’hôpital Bichat peut extraire cette dent sans toucher le nerf et sans problèmes. Et pour finir un orthodontiste qui me dirige vers un chirurgien maxillo faciale. Avec tous ces éléments j’ai très peur. Et je voudrais ne pas intervenir mais aujourd’hui non seulement j’ai une asymétrie bien visible mais en+ parfois des lancements de douleur. Je suis assez perdue !
    Qu’en pensez vous SVP ?

    • Pour que je puisse vous aider vraiment, il faut m’envoyer une radio récente, sur « DR.H@conseildentaire.com » . Les radiographies numérisées peuvent être copiées sur clef USB et envoyées directement .Les radiographies et scanners sur support argentique, doivent être photographiées au plus près possible, en les fixant sur une vitre bien éclairée, et en interposant un papier calque derrière: orientées de telle sorte que l’écriture soit à l’endroit, et horizontales, lettre D ou R à gauche, G ou L à droite et envoyées en format jpeg en pièces jointes. Renvoyez moi vos questions en même temps pour que je sache de quoi il s’agit.

  11. Bonsoir docteur
    Je sollicite votre avis sur le problème suivant:
    J’ai 68 ans. Le 12 janvier 2015 mon stomatologue a procédé à la pose d implants à la place 35 36 et 37.. J ‘avais jusque là un bridge très ancien (une trentaine d années) qui reposait sur la 35 et la 38. Il y avait une importante perte osseuse en 37 et 36 car dents extraites très tôt. La pose de l implant 37 et 36 n’a pas posé de problème malgré le peu de marge disponible. Il a ensuite extrait la 38 Mais pour la 35 il a fait ce qu il ne m a jamais fait Alors que d habitude il extrait la dent, referme attend la cicatrisation et procède à la pose d e l implant quelques mois après (ce qu il a fait de l ‘autre côté bas droite) il a voulu extraire la dent et poser l implant tout de suite après. Pour cela il m a anesthésié plus que d habitude. Résultat: je n ‘ai rien senti. il a foré, posé l implant, refermé . Plusieurs heures après je ne sentais toujours pas revenir les sensations; J e lui ai téléphoné, il m a fait revenir en urgence, m a envoyé faire un cône bean. Le lendemain à 14 h il a enlevé l implant . Le nerf a été touché peut être même écrasé . Cela fera 2 ans en janvier prochain et j ai toujours la sensation d’anesthésie sur cette zone d environ 2 cm 2 à partir de la commissure de la lèvre inférieure. La sensation est plus ou moins forte selon mon degré de fatigue ou de stress. J ai pris de la vitamine B … Un neurologue (consulté pour autre chose) me dit que la vitamine B ne sert à rien (sauf à me donner un surdosage) et qu il n ‘y a aucune méthode pour tracer ou évaluer les dégâts et que vu le délai passé c ‘est irrémédiable, il n ‘y a rien à faire. Je sens si je passe un pinceau ou si je pique avec une aiguille mais j ai toujours cette impression de lourdeur comme lors d une anesthésie . Mon stomato a posé des couronnes provisoires sur les 36 et 37 et me propose d extraire la 34 qui est très déchaussée et abimée pour poser l implant qui permettra ensuite de poser un bridge solide . Il est désolé de ce qui s est passé me dit qu il aura des regrets jusqu à la fin de ses jours. Je lui garde ma confiance tout en restant plus vigilante. Pensez vous, vous aussi que ce sera définitif? Que puis je faire pour améliorer ? Est ce qu un neurologue (un autre) peut avoir une solution? existe-t-il un examen qui visualise et me dirait vraiment ce qu il en est?
    Pardonnez moi pour toutes ces questions mais je suis très démoralisée par tout ça . Alors qu avant j ‘étais en totale confiance maintenant j ‘ai très peur.
    Merci

      • Merci docteur pour votre réponse rapide. J ‘ai lu attentivement votre topo sur les névrites post chir. Dans mon cas il y a eu anesthésie locale comme chaque fois, scanner préparatoire, c ‘est un stomatologue expérimenté ( mes premiers implants datent de 1992 et sont intacts) . Je pense que l ‘erreur commise est la suivante: trop d anesthésie, peut-être trop de stress ( en 2 heures, 3 implants et 2 avulsions dont une dent de sagesse cela fait peut être beaucoup).
        Contrairement à ce que je lis dans les témoignages, je n’ai aucune douleur, juste la sensation d engourdissement et de gonflement de la zone (comme après une anesthésie) cette sensation est plus ou moins forte selon la fatigue et le stress. Je sens si je caresse la zone avec mon doigt ou si je pique . Mon entourage ne voit rien sauf en cas de grosse fatigue ou j ai une petite difficulté de prononciation mais légère . Je vais suivre votre conseil et m’adresser au docteur Pihouée.
        Un grand merci

        • Bonjour Madame
          Tout d’abord, je vous souhaite bon courage
          Bien pour pour des raison différentes, je me retrouve dans une situation similaire à la vôtre
          C’est lors de la dévitalisation de la dernière molaire gauche inférieure chez mon chirurgien dentiste, qu’un dépassement de pâte a eu lieu et que ce dernier s’est collé sur le nerf maxillaire, entraînant un manque de sensation et des fourmillements – troubles qui doivent vous être bien connu
          Hélas personne ne veut y toucher, cela fait maintenant 1 an 1/2 que je subis cette situation, sans entrevoir la moindre solution : même l’assurance du professionnel fait la sourde oreille
          Hors il s’agit, nous sommes bien d’accord, de désagréments au quotidien pouvant passer de la simple gène à une douleur omniprésente conduisant lors de stress ou de fatigue à une asymétrie de la bouche, avec phénomène de zozotèrent ou bave s’écoulant à la commissure de la lèvre
          Je suivrai avec intérêt les conseils que l’on peut vous apporter, car pour ma part je me sens incomprise et victime d’une erreur de manipulation ayant eu des répercutions irréversibles mais dont personne n’accepte d’endosser la responsabilité
          Vous remerciant d’avoir pris le temps de me lire et vous souhaitant à nouveau bon courage
          Bien cordialement
          Anne GLOANEC

          • merci pour votre témoignage mais il y a une chose que je ne comprends pas: on m’a dit que ce nerf est seulement sensitif et pas moteur: comment se fait-il alors que vous ayez une asymétrie et de la bave parfois?
            Je vais écrire au docteur Pihouée qui , d’après les renseignements donnés, travaille sur l action de la mesothérapie. Je donnerai les infos sur ce blog si j’ai quelque chose.
            Courage à vous aussi
            Cordialement
            Elisabeth Cristofini

          • Bonsoir Madame
            Merci beaucoup pour votre intervention
            En effet ce nerf est exclusivement sensitif, mais selon un neurochirurgien consulté à l »hôpital de Nantes ainsi que l’orthophoniste qui me suit et qui tous les deux ont pu constater l’asymétrie
            – il y a d’une part, atrophie du muscle de la lèvre inférieure gauche, la lèvre à tendance à rentrer …
            – d’autre part, le cerveau détectant une perception anormale à gauche, envoye probablement un message aux muscles du visage ( autoprotection ou autres …)
            Voila les explications qui m’ont été fournies
            Je suis suivie par le centre anti douleurs de Vannes et me démène pour essayer de comprendre et de faire avancer les choses, me refusant à accepter cette situation
            Concernant une éventuelle intervention, j’ai au total eu 5 avis négatifs car le risque est trop élevé : 3 stomatologues de Vannes – Nantes et Rennes ( pontchailloux)
            1 neurochirurgien de Nantes
            1 neurologue anesthésiste de Vannes
            J’attends un retour de votre part et explore toute les pistes qui se présenterons à moi
            Avec mes remerciements

            Anne GLOANEC

  12. Bonjour docteur et un grand merci pour votre aide à nous tous! Je viens à l’instant de chez mon dentiste et après avoir vu la radio de ma molaire inférieure droite il dit à basse voix qu’il n’aime pas ce qu’il voit car la racine touche vraiment le nerf d’après ce que j’ai compris et ça me fait vraiment flipé. Je vais photografié la radio si ça peut se faire et vous l’envoyé le plus rapidement possible. Merci d’avance et bonne chance à tout ceux qui postent ici.

    • envoyez une radio récente, sur « dr.h@conseildentaire.com » . Ne pas scanner les radios sur imprimante. Les radiographies et les photos numérisées peuvent être copiées sur clef USB et envoyées directement , sinon pour les scanners trop lourds faites des captures d’écran des clichés intéressants. Les radiographies panoramiques et scanners sur support argentique, doivent être photographiées au plus près possible, en les fixant sur une vitre bien éclairée, et en interposant un papier calque derrière: orientées de telle sorte que l’écriture soit à l’endroit, et horizontales, lettre D ou R à gauche, G ou L à droite et envoyées en format jpeg en pièces jointes. Il est indispensable que les radios et photos soient nettes ( pas de tirages papier). Renvoyez moi vos questions résumées et formulées clairement en même temps pour que je sache de quoi il s’agit.

  13. H 77
    Bonjour Docteur et merci pour votre site, vos explications et vos conseils concernant l’implant dentaire et les conséquences d’un nerf lésé, ce qui est mon cas à l’age de 84 ans.
    En effet le 16.10.2016, à la demande de mon dentiste un chirurgien maxilo-facial m’a extrait la molaire inférieure gauche -35 ou 36 ? – et procédé tout de suite à la pose de l’implant, sans attendre. C’était un choix conseillé de ne pas attendre. 1 mois + tard –Nov2016-j’avais toujours la partie gauche inférieure de la mâchoire gênée et en démangeaisons. Le chirurgien re-contacté a alors dévissé légèrement l’implant. Mais cette situation n’a presque pas évolué. Actuellement soit 8 mois + tard, j’ai toujours ces démangeaisons et une sensation de gonflement de la lèvre gauche inférieure. Au mois de Mai 2017, mon dentiste a néanmoins posé la dent sur l’implant après accord du chirurgien. Au quotidien, le côté le + désagréable se produit lorsque je me rase (lames) En vous adressant à toutes fins utiles ci-joint une radio prise par un dentiste en mars 2017, je voudrais savoir si vous me conseillez de consulter un Neurologue, ou faire une cure de vitamines B1 B6 de 15jours/mois pendant 3 mois, ou consulter le Spécialiste – mésothérapie de La Salpêtrière ou attendre avec patience pendant 2 ans le retour à la normale de cette situation et la fin des démangeaisons actuelles. Avec mes remerciements.

LEAVE A REPLY