Accueil CHIRURGIE BUCCALE LA BOUCHE ET LES INSTRUMENTS A VENT.

LA BOUCHE ET LES INSTRUMENTS A VENT.

359
2

Article remis à jour le 14/10/2016.

Quand j’étais jeune, il y a bien longtemps, je jouais de la guitare…et nous avions une petite formation de jazz.
Je connais donc un peu les problèmes que subissent les différents musiciens, à commencer par la pulpe de mes doigts de la main gauche en sang, ou les ongles cassés de la main droite. Et les lèvres des joueurs d’instruments à vent!
J’ai ensuite gardé des contacts avec des musiciens professionnels, et le « bouche à oreille » (!) m’a valu une petite clientèle de musiciens qui est restée fidèle jusqu’à ma retraite.

Il est préférable de mettre une crème protectrice sur les lèvres avant de jouer, et je pense que l’apparition de gel à base d’acide hyaluronique doit aider beaucoup à la réhydratation pendant les périodes de repos.

Cela fait un moment que je me disais qu’il fallait que je partage mon expérience en ce domaine qui n’est pas très courant. Et le hasard a voulu que je reçoive un mail d’un trompettiste qui a des déboires avec son stomato ( qui n’est manifestement pas musicien!). Voila son message:

« Bonjour Docteur,
Je voudrais votre avis sur mon problème et peut-être une solution à mon problème.
En juillet 2012 suite à une extraction dentaire d’une pré-molaire de la mâchoire supérieure droite, je suis rentré chez moi avec un sensation  bizarre (résonance dans la partie droite entre la bouche et le nez). J’ai contacté mon stomatologue qui m’a donné un rendez-vous et demandé un scanner.
Sur les résultats il apparaissait 2 morceaux de racines et une CBS (Communication Bucco Sinusienne).
Après une nouvelle consultation, le chirurgien m’a proposé une intervention chirurgicale (sous anesthésie générale à ma demande) afin d’extraire les deux parties de la racine et refermer la CBS. Après l’opération il m’a dit que tout allait rentrer dans l’ordre au but de quelques jours. Je précise que je suis chanteur et j’utilise des instruments à vent !!!!
Les semaines, les mois ont passé et depuis j’ai une gène constante au niveau de l’intervention, je dirais même une petite douleur ce qui me handicape dans la vie de tous les jours.
J’étais retourné voir le stomatologue en fin 2012 mais il avait trouvé l’intervention réussie et ne comprenait pas ou était mon problème !!!
Depuis maintenant presque 28 mois, mon problème est toujours présent.
L’opération d’après son explication, a consisté à refermer la CBS en utilisant un lambeau de la joue. Je pense que c’est cette technique qui n’est pas confortable, j’ai lu sur des forums que certains chirurgiens utilisent la boule de Bichat.
Peut-être que cette solution aurait été plus adaptée, car j’ai vraiment une gène désagréable du matin au soir et je cherche une solution qui pourrait me libérer de cette situation qui me p….  la vie !!    Surtout avec mon métier ! Merci par avance d’une réponse de votre part. Cordialement »

Pour moi, il a tout de suite été évident que c’est de la trompette que joue ce lecteur, ou un autre instrument à embouchure (trombone, tuba…ect…)  car pour les instruments à  anches ( saxo, clarinette…etc…), ou les instruments à bec ( flûte, hautbois…etc…)  il n’est pas nécessaire de souffler aussi fort.

Voici ma réponse:
« Il est évident que vous jouez d’un instrument à embouchure, probablement de la trompette, qui fait gonfler les joues. Comme on a prélevé la boule de Bichat dans la joue, avec un lambeau de muqueuse pour refermer la CBS, il y a actuellement une bride cicatricielle qui attache la joue trop bas, et ça tire dessus et vous fait mal. Il faut refaire une deuxième petite intervention, très rapide et très simple, pour couper cette bride et libérer la joue. D’ailleurs cette intervention qui consiste à utiliser la boule graisseuse de Bichat, se fait normalement en deux temps précisément pour cette raison. »

Chez ces musiciens, il est sage de poser après l’intervention un plaque palatine provisoire en résine qui maintient la CBS fermée pour éviter que le souffle ne rouvre la CBS , à porter pendant 4 ou 5 mois.

Je me souviens que dans ma chambre d’étudiant, j’avais épinglé sur le mur une photo de Dizzy Gillespie et je viens de la retrouver sur internet:

Désolé je n'ai pas pu trouver l'auteur de cette pkoto.
Désolé,  je n’ai pas pu retrouver l’auteur de cette photo.

Regardez la photo, on a l’impression que l’air va ressortir par les oreilles!!   et d’ailleurs c’est souvent que l’air passe dans les trompes d’Eustache! Cela peut provoquer une « béance tubaire »qui donne des symptômes auditifs comme d’entendre sa propre voix par exemple.
Il faut donc éviter de faire travailler « le masque », mais plutôt solliciter le diaphragme et muscle abdominaux.

Comment ne pas avoir de problèmes avec la bouche et les dents dans de telle conditions?
Les lèvres sont souvent gercées et les joues trop distendues. Dans le cas de ce lecteur, l’intervention pour fermer la communication bucco-sinusienne a tiré de la muqueuse de la joue et raccourci le vestibule: le gonflement tire sur cette bride cicatricielle et a tendance à la déchirer.

Chez les trompettistes, les dents antérieures sont souvent victimes de micro-traumatismes répétés qui peuvent aboutir à des mortifications d’incisives, ou des ébranlements avec  mobilités des dents.
La confection de prothèses, fixes ou mobiles, doit obéir à certaines règles pour ne pas perturber la technique du musicien.
L’édentation totale chez un trompettiste est une catastrophe, et il faut systématiquement avoir recours à des implants, car l'embouchure pousse en arrière sur les prothèses.

Des traitements orthodontiques sont souvent nécessaires pour obtenir un meilleur résultat. Et le port d’appareillage doit être adapté au type d’instrument à vent que joue le patient.

Pour les suites post opératoires, en particulier après les extractions de dents de sagesse, il faut faire très attention au risque d'emphysème (voir ICI), la pression peut faire entrer l’air dans la plaie et diffuser le gaz dans le tissus cellulaire, ce qui donne un œdème crépitant avec risque de surinfection. Je pense qu’il est raisonnable de conseiller un arrêt durant une dizaine de jours.



Article précédentPROTHÈSE ASSISTÉE PAR ORDINATEUR.
Article suivantL’EMPHYSÈME GAZEUX.
Dr. Albert Hauteville
Albert HAUTEVILLE Né le 17 Octobre 1935 . Chirurgien Dentiste diplômé de la Faculté de Médecine de Paris (Ecole Odontologique de Paris) en 1960, durant une période courte où les dentistes étaient formés par la faculté de Médecine et avaient la possibilité facultative de suivre en même temps les cours de médecine, ce qu'il a fait. Docteur en Chirurgie Dentaire. Docteur en Sciences Odontologiques. Certificat d'Enseignement Supérieur en parodontologie Diplômé Universitaire en Chirurgie Buccale de Paris V. Diplômé Universitaire en Parodontologie de Paris VII. Ex-Assistant à la Faculté de Chirurgie Dentaire de Paris V. Ex-Assistant en Odontologie des Hôpitaux de Paris. Titulaire du Diplôme d'Etudes et de Recherches en Sciences Odontologiques. Ex Chargé de cours au Diplôme Universitaire d'Implantologie Paris V .Ex-enseignant auprès des écoles d’Assistantes Dentaires et d'Infirmières. Ex-Expert auprès de la Sécurité Sociale. Ex-Chef de Service de Parodontologie à l'Institut Eastman de Paris. Ex-Attaché de Consultation au Service de Stomatologie de l'Hôpital Ste.Anne à Paris. A fait des stages de formation en occlusodontie avec le Pr. JANKELSON et avec et le Pr. RAMFJORD. Co-auteur et responsable de publication du livre publié en 1989 en français et en italien, aux Editions Masson : "Manuel d'Odontologie Chirurgicale"(épuisé). Retraité depuis 2001. Service Militaire 1960-62 en temps qu'officier de réserve du Service de Santé. A exercé à Paris pendant 38 ans, et depuis 1976 exclusivement la stomatologie, à l'exclusion de toute prothèse ou soins dentaires: c'est à dire surtout la Chirurgie Buccale, Pathologie et Thérapeutiques, Parodontologie et Implantologie. A fait 18 ans de psychanalyse personnelle et une formation en hypnose, sophrologie, training autogène, Gestalt-thérapie, bio-energie, sexologie, et dynamique de groupe. Son fils Jean Philippe Hauteville, Prothésiste Conseil, apporte sa collaboration à la réalisation de ce blog, au niveau de tout ce qui concerne la prothèse dentaire. Le Dr. Hauteville, retraité depuis 2001 souhaite mettre ses connaissances et son expérience à la disposition de tous ceux qui le désirent, professionnels ou grand public, et répondre aux questions que voudront poser les lecteurs directement sur le blog. Publier des articles, regroupant les réponses aux interrogations des patients durant 40 ans, et des cours pour les étudiants en odontologie rendus accessibles à tous.

2 COMMENTS

  1. bonjour
    notre fille est fagottiste à l’opéra de Hambourg, l’une des 5 plus grandes scènes musicales allemandes, après avoir commencé sa formation aux instruments à vent au hautbois, et fait sa vie avec un corniste virtuose mais qui gagne sa croûte autrement qu’en soufflant! Le basson/fagott n’exige effectivement pas autant de pression. par contre, si vous regardez de vieux enregistrements vidéo du grand orchestre symphonique de Munich (aussi l’une de ces 5 grandes scènes) vous aurez peut-être la chance de remarquer un jour un hautboïste dont le cou se gonfle d’une paire d’énormes « sac à vent », un sur chaque côté! Car le hautbois, qui oblige à pincer avec la plus extrême finesse en jouant, les lèvres, ce qui empêche de gonfler les joues (gonfler les joues donne un profil de bouche en forme d’anus, propice pour venir se loger dans l’alvéole d’une embouchure semi-sphérique; faite l’essai avec votre bouche!) aussi exige une pression considérable avec une anche dure mais n’utilise qu’une petite quantité de l’air (le hautboïste a tendance à s’étouffer parce qu’il ne peut pas se « débarrasser » de son air, mais la pression qu’il utilise est énorme) et tous les vents « travaillent avec les dents », hormis l’accordéon bien sûr, mais c’est un clavier (un gros problème pour notre fille dont les 4 incisives inférieures n’ont pas grandi suite à un exanthème subit: la très haute fièvre a du tuer au terme de la première année de sa vie les germes de ces dents). Notre fille vit donc, malgré cette exigeante vocation réussie de virtuose parmi les instruments à vent, avec de fausses incisives quasi de naissance! Le remplacement des 4 incisives fut planifié à l’Université privée de médecine des Écoles Waldorf, Rudolf Steiner, de Herdecke, faculté de médecine dentaire de Witten. À Saarbruck, où elle joua aussi comme soliste à l’orchestre national de la Sarre, elle avait réussi à se faire traiter chez un dentiste, sans doute encore en exercice, antérieurement mariée à un fagottiste (à noter que de nombreux médecins et dentistes en Allemagne furent musiciens, et, souvent, ont hésité quelle orientation des deux choisir: Les chances de trouver un médecin / dentiste / chirurgien compétant en musique sont bonnes, car ces gens continuent à fréquenter les salles de concert, et cela se sait parmi les habitués, et aussi dans les universités, vu qu’il n’est pas rare qu’ils soient membres de l’orchestre symphonique de l’université!)
    salut

LEAVE A REPLY