Accueil CHIRURGIE BUCCALE LA MÉDICATION PRÉOPÉRATOIRE.

LA MÉDICATION PRÉOPÉRATOIRE.

896
0

Les questions de médications pré et postopératoires sont très controversées et les avis divergent énormément à ce sujet. Je donnerai ici mon avis personnel, sachant que mon exercice était un exercice exclusif de stomatologie et chirurgie buccale, et que je n’avais pas de clientèle directe, ce sont les chirurgiens dentistes qui m’adressaient les cas qu’ils ne pouvaient pas résoudre eux même. Cela signifie que je récupérais tout ce que les autres ne voulaient pas faire, c’est à dire tous les cas difficiles et parfois même très risqués. Cela explique les raisons de mes choix.

Comme j’ai eu l’occasion de le dire précédemment, je demandais systématiquement des examens de laboratoire avant toute intervention chirurgicale. Voir: article.

Je parlerai ici d’une prémédication standard pour patients n’ayant aucune pathologie particulière, étant entendu que chaque pathologie spécifique peut avoir une réponse médicamenteuse adaptée.

A quel critères doit répondre une médication préopératoire?  

Prévenir:

1° Une infection postopératoire
-la bouche est un milieu particulièrement septique.
-les interventions se font essentiellement sur des zones présentant des infections chroniques.
-l’os mandibulaire est dense et peu élastique, il subit des échauffements et des tensions importantes; les apex des dents de sagesse inférieures sont en dessous de la ligne oblique interne et ont tendance à diffuser sous le mylo-hyoïdien
-il est plus facile de prévenir une alvéolite que de la guérir
Pour toutes ces raisons, je préconise une antibiothérapie de couverture de 5 jours, à partir de la veille de l’intervention, c’est à dire la veille, le jour même et 3 jours suivants.

2° Un saignement excessif pendant l’intervention dérangeant la visibilité, ou une hémorragie postopératoire. Ceci peut être évité par la prescription d’un antihémorragique.

3° L’angoisse du patient face à une intervention qu’il ressent comme agressive, peut être évitée ou atténuée par la prescription d’un anxiolytique la veille au soir et une heure avant l’intervention. Lorsque l’intervention a lieu sous anesthésie locale, cela donne en plus la possibilité de travailler sur un patient plus détendu et moins agité.

4° Une réaction allergique à un des produits utilisés pendant l’intervention sera minorée par la prise d’un antihistaminique.

5° Un oedème et des douleurs postopératoires exagérés avec une prise de corticoïdes.

La prescription de corticoïdes dispense évidemment d’antihistaminique, puisqu’ils font double emploi. De même que l’antihistaminique peut faire fonction d’anxiolytique à dose plus élevée.

Ne pas oublier de prévenir tous les patients de ne pas prendre d’aspirine dans les 5 jours qui précèdent l’intervention pour ne pas risquer d’hémorragies. Les patients sous anti-coagulants doivent faire l’objet de précautions particulières.

Je suis parfaitement conscient que ces prescriptions peuvent chacune être sujettes à controverses. J’ai donné ici des exemples, chaque praticien agira suivant ses convictions, mais au moins les patients sauront comment et pourquoi on leur prescrit certains médicaments.

 

 



Article précédentL’OEDEME DE QUINCKE ALLERGIQUE.
Article suivantQUESTIONS-REPONSES N°39.
Dr. Albert Hauteville

Albert HAUTEVILLE Né le 17 Octobre 1935
. Chirurgien Dentiste diplômé de la Faculté de Médecine de Paris (Ecole Odontologique de Paris) en 1960, durant une période courte où les dentistes étaient formés par la faculté de Médecine et avaient la possibilité facultative de suivre en même temps les cours de médecine, ce qu’il a fait.
Docteur en Chirurgie Dentaire.
Docteur en Sciences Odontologiques.
Certificat d’Enseignement Supérieur en parodontologie
Diplômé Universitaire en Chirurgie Buccale de Paris V.
Diplômé Universitaire en Parodontologie de Paris VII.
Ex-Assistant à la Faculté de Chirurgie Dentaire de Paris V.
Ex-Assistant en Odontologie des Hôpitaux de Paris.
Titulaire du Diplôme d’Etudes et de Recherches en Sciences Odontologiques.
Ex Chargé de cours au Diplôme Universitaire d’Implantologie Paris V
.Ex-enseignant auprès des écoles d’Assistantes Dentaires et d’Infirmières.
Ex-Expert auprès de la Sécurité Sociale.
Ex-Chef de Service de Parodontologie à l’Institut Eastman de Paris.
Ex-Attaché de Consultation au Service de Stomatologie de l’Hôpital Ste.Anne à Paris.
A fait des stages de formation en occlusodontie avec le Pr. JANKELSON et avec et le Pr. RAMFJORD.
Co-auteur et responsable de publication du livre publié en 1989 en français et en italien, aux Editions Masson : « Manuel d’Odontologie Chirurgicale »(épuisé).
Retraité depuis 2001.
Service Militaire 1960-62 en temps qu’officier de réserve du Service de Santé.
A exercé à Paris pendant 38 ans, et depuis 1976 exclusivement la stomatologie, à l’exclusion de toute prothèse ou soins dentaires: c’est à dire surtout la Chirurgie Buccale, Pathologie et Thérapeutiques, Parodontologie et Implantologie.
A fait 18 ans de psychanalyse personnelle et des formations en hypnose, sophrologie, training autogène, Gestalt-thérapie, bio-energie, sexologie, et dynamique de groupe.
Son fils Jean Philippe Hauteville, Prothésiste Conseil, apporte sa collaboration à la réalisation de ce blog, au niveau de tout ce qui concerne la prothèse dentaire.
Le Dr. Hauteville, retraité depuis 2001 souhaite mettre ses connaissances et son expérience à la disposition de tous ceux qui le désirent, professionnels ou grand public, et répondre aux questions que voudront poser les lecteurs directement sur le blog. Publier des articles, regroupant les réponses aux interrogations des patients durant 40 ans, et des cours pour les étudiants en odontologie rendus accessibles à tous.

LEAVE A REPLY