Accueil CHIRURGIE BUCCALE L’OSTEOPOROSE ET LES DENTS.Le danger des biphosphonates.

L’OSTEOPOROSE ET LES DENTS.Le danger des biphosphonates.

3624
6

Les os atteignent leur pleine maturité à partir de l’age de 25 à 30 ans. Ils commencent à perdre de leur densité vers 45 ans et l’ostéporose peut commencer dès la cinquantaine chez les femmes et un peu plus tard chez les hommes. Ce qui signifie que l’être humain ne dispose de son plein capital osseux que pendant à peine une vingtaine d’années.

On a la certitude maintenant que les oestrogènes, hormones féminines, jouent un grand rôle dans la résistance au phénomène ostéoporotique.
Malheureusement les traitement hormonaux de substitution (THS) se sont avérés trop cancérigènes, surtout au niveau du sein, et on hésite à l’heure actuelle à les conseiller aux femmes ménopausées. Une lueur d’espoir  vient d’apparaître avec une nouvelle génération d’hormones pour lesquelles on n’a pas encore assez de recul.

D’autres types de traitements, les biphosphonates ont été proposés, mais nous verrons plus loin qu’ils présentent des inconvénients et pas des moindres.

L’ostéoporose n’a aucune influence sur les tissus minéralisés de la dent, au contraire, les dents sont de plus en plus calcifiées  avec l’âge.

Quelle incidence a l’ostéoporose au niveau de l’os alvéolaire? 

On a longtemps cru à une « parodontose » uniquement due à l’ostéoporose, par opposition avec la « parodontite » d’origine infectieuse. Mais l’évidence de l’origine bactérienne des maladies parodontales laisse à penser que l’ostéoporose ne peut être qu’une cause favorisante mais pas déterminante. L’ostéoporose ne suffit pas à elle seule à provoquer une maladie parodontale.  Il y a en effet une lyse horizontale généralisée de l’os alvéolaire avec l’âge, mais lorsque l’hygiène est là, aucune poche n’apparaît et la corticale osseuse reste intacte. S’il n’y a pas de traumatisme occlusal et si la denture reste intègre, la maladie bactérienne parodontale ne peut pas s’installer.

Par contre, les biphosphonates prescrits contre l’ostéoporose ont un effet désastreux au niveau des os des maxillaires.

L’os est en perpétuel renouvellement: les ostéoclastes détruisent l’os vieillissant et les ostéoblastes fabriquent de l’os jeune. On a inventé des médicaments, les biphosphonates, qui ralentissent l’activité des ostéoclastes et donc freinent l’ostéoporose. Malheureusement, lorsque ces médicaments sont prescrits en injections lors des ostéoporoses sévères induites par les chimiothérapies anticancéreuses, de nombreux cas d’ostéonécrose ont été signalés, en particulier au niveau des maxillaires, avec fractures spontanées, et surtout autour des implants. Des centaines de procès sont intentés aux Etats Unis contre les laboratoires pharmaceutiques qui commercialisent ces produits.

Même en cas de prise par voie orale du médicament, la pose d’implants doit être évitée et d’ailleurs la question est désormais  posée dans les questionnaires pré-opératoires pour la chirurgie buccale.

Si vous avez pris ce type de médicaments contre l’ostéoporose, n’oubliez pas de la signaler à votre chirurgien dentiste.

Article précédentLE MEULAGE SÉLECTIF DES DENTS.
Article suivantEXAMENS DE LABORATOIRE AVANT INTERVENTION CHIRURGICALE.
Albert HAUTEVILLE Né le 17 Octobre 1935 . Chirurgien Dentiste diplômé de la Faculté de Médecine de Paris (Ecole Odontologique de Paris) en 1960, durant une période courte où les dentistes étaient formés par la faculté de Médecine et avaient la possibilité facultative de suivre en même temps les cours de médecine, ce qu'il a fait. Docteur en Chirurgie Dentaire. Docteur en Sciences Odontologiques. Certificat d'Enseignement Supérieur en parodontologie Diplômé Universitaire en Chirurgie Buccale de Paris V. Diplômé Universitaire en Parodontologie de Paris VII. Ex-Assistant à la Faculté de Chirurgie Dentaire de Paris V. Ex-Assistant en Odontologie des Hôpitaux de Paris. Titulaire du Diplôme d'Etudes et de Recherches en Sciences Odontologiques. Ex Chargé de cours au Diplôme Universitaire d'Implantologie Paris V .Ex-enseignant auprès des écoles d’Assistantes Dentaires et d'Infirmières. Ex-Expert auprès de la Sécurité Sociale. Ex-Chef de Service de Parodontologie à l'Institut Eastman de Paris. Ex-Attaché de Consultation au Service de Stomatologie de l'Hôpital Ste.Anne à Paris. A fait des stages de formation en occlusodontie avec le Pr. JANKELSON et avec et le Pr. RAMFJORD. Co-auteur et responsable de publication du livre publié en 1989 en français et en italien, aux Editions Masson : "Manuel d'Odontologie Chirurgicale"(épuisé). Retraité depuis 2001. Service Militaire 1960-62 en temps qu'officier de réserve du Service de Santé. A exercé à Paris pendant 38 ans, et depuis 1976 exclusivement la stomatologie, à l'exclusion de toute prothèse ou soins dentaires: c'est à dire surtout la Chirurgie Buccale, Pathologie et Thérapeutiques, Parodontologie et Implantologie. A fait 18 ans de psychanalyse personnelle et des formations en hypnose, sophrologie, training autogène, Gestalt-thérapie, bio-energie, sexologie, et dynamique de groupe. Son fils Jean Philippe Hauteville, Prothésiste Conseil, apporte sa collaboration à la réalisation de ce blog, au niveau de tout ce qui concerne la prothèse dentaire. Le Dr. Hauteville, retraité depuis 2001 souhaite mettre ses connaissances et son expérience à la disposition de tous ceux qui le désirent, professionnels ou grand public, et répondre aux questions que voudront poser les lecteurs directement sur le blog. Publier des articles, regroupant les réponses aux interrogations des patients durant 40 ans, et des cours pour les étudiants en odontologie rendus accessibles à tous.

6 COMMENTS

  1. Bonjour Docteur,

    Je viens de passer un dentascan et sur les résultats : osteoporose avec rarefaction des travees osseuses ne permettant pas de localiser le canal dentaire. es ce que cela peut expliquer les douleurs des gencives? et des dents . et quel est le traitement.
    Je vous remercie de votre réponse
    Françoise

    • Je ne crois pas que ce soit de l’ostéoporose mais sans doute une parodontite. Envoyez moi vos radios sur « dr.h@condeildentaire.com » avec votre question.

  2. Bonjour,
    Je suis un homme de 45 ans
    J’ai pris du fosamax dzns le cadre d’une corticothérapie de avril 2008 à septembre 2010. Je devrais me faire poser un implant (deuxième molaire maxillaire supérieur). Pensez vous que le risque est encore très présent ?
    PS, je me suis fait extraire une dent de sagesse mandibulaire il y a 3 semaines par un dentiste sans précaution particulière. Il reste un petit trou mais tout a l’air de se cicatriser correctement

LEAVE A REPLY